Affichage des articles dont le libellé est Fruits. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Fruits. Afficher tous les articles

jeudi 24 octobre 2013

La châtaigne aux couleurs de l'automne

La Châtaigne, fruit d'automne


Devenu fruit saisonnier, la châtaigne, autrefois consommée tout au long de l’hiver, fait son arrivée dans nos étals, à moins que sa cueillette ne soit prétexte à de belles ballades automnales.

Origine et histoire de la châtaigne

Fruit du châtaigner, la châtaigne était autrefois très utilisée dans l’alimentation, servant même d’aliment de base. Elle était conservée tout l’hiver.  Le châtaignier est un arbre millénaire très présent dans tout l’hémisphère Nord (régions tempérées), originaire de Turquie. Elle est produite par de nombreux pays du bassin méditerranéen. La châtaigne d’Ardèche a obtenue une AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).

Il existe de très nombreuses variétés : les hybrides (Marigoule, Bournette, Bouche de Bétizac...) et les autres (Bouche rouge, Dorée de Lyon, Sardonne, Pourette, Figarette, Comballe...) qui varient en taille et en couleur.

On parle parfois de marron en désignant la châtaigne (crème de marron, marrons glacés...). Attention tout de même à ne pas confondre avec le marron (marron d’Inde) qui n’est, quant à lui, pas comestible et que l’on retrouve dans les parcs en ville. La châtaigne possède une peau amère sous sa coque et est cloisonnée en plusieurs parties contrairement au marron dont la chair forme un seul et unique bloc compact.

Composition de la châtaigne


Dans la châtaigne on retrouve :
  • Des glucides sous forme d’amidon, de saccharose et de dextrines, qui la rendent particulièrement digeste,
  • Des fibres, douces et bien tolérées,
  • Des vitamines, C et certaines de la famille des vitamines B
  • Des minéraux, potassium, calcium, manganèse, magnésium, phosphore, cuivre...
  • Des polyphénols, antioxydants naturels.

Il faut compter environ 175 kcal pour 100 g de châtaigne crue, ce qui plutôt énergétique. Elle contient très peu de lipides. C’est un fruit rassasiant.

Utilisations de la châtaigne

On peut la consommer grillée au four ou dans une poêle trouée, bouillie, fraîche, confite, en confiture, en sirop, en liqueur, en farce ou en purée. Elle est utilisée indifféremment comme fruit ou comme légumes agrémentant dessert, viande ou plats. Elle est souvent servie en fin d’année pour les fêtes.


Il existe aussi de la farine de châtaignes, farine sans gluten, que l’on peut incorporer aux gâteaux, crêpes, muffins... et découvrir ainsi de nouvelles saveurs.


jeudi 17 octobre 2013

Le coing, fruit d'automne

Le coing


La saison furtive du coing arrive, l’occasion de découvrir un peu mieux ce fruit.

Histoire du coing


Le coing est le fruit du cognassier, un arbre millénaire, originaire d’Asie mineure. Il semble même que son origine soit plus ancienne encore que la pomme. Il a été introduit en Europe au Moyen-âge. C’est un fruit qui se déguste cuit, sa chair épaisse au goût prononcée ne permet pas de le manger cru.

Étonnement, il ne fait pas l’objet d’enjeu commercial. Le coing ne se trouve quasiment pas en magasin et il n’existe pas de grandes plantations de cognassiers. C’est un arbre que l’on retrouve dans de petits vergers et souvent le coing est donné par des amis ou de la famille qui en cultive un peu.

Composition et bienfaits du coing


Il apporte peu de calorie (30 kcal/100g) mais beaucoup de fibres composées de pectine et de tanins. C’est d’ailleurs l’un des fruits le plus riche en fibres. Elles jouent un rôle protecteur pour les intestins et peuvent aider à abaisser l’index glycémique ou le cholestérol. C’est un anti-diarrhéique et un antiseptique. Il stimule le métabolisme.

Du côté des vitamines, le coing contient beaucoup de vitamine C qui est en grande partie détruite lors de la cuisson puisque le coing ne se consomme pas cru ainsi que des vitamines A et B. Les minéraux qu’il renferme, sont le phosphore, le magnésium, le calcium et le potassium.

Que faire avec le coing


Ses graines pilées ou son jus permettrait de soigner les gerçures et les crevasses et calmer la toux. Additionné d’huile d’olive, le coing soulage les peaux fragiles, irritées ou très sèches. Pour les cheveux secs et abîmés, appliquer une fois par semaine une préparation obtenue en faisant macérer ses graines dans de l’eau.


En cuisine, le coing peut se manger en compote, à la poêle pour accompagner des volailles ou le gibier mais aussi dans les tajines ou les ragoûts, en gratin, en gelée ou en pâte de fruits. 


jeudi 18 juillet 2013

La prune, remarquable

Prune

Fruit de la fin d’été, la prune est un fruit bienfaisant qui permet de faire le plein de vitamines et minéraux. Découvrons tous ces bienfaits naturels.

Histoire et origine de la prune


La prune est le fruit du prunier, un arbre ancestrale, à l’origine incertaine, mais cultivé un peu partout dans l’hémisphère nord. La prune est de forme ronde à oblongue, jaune ou violette foncée. Il existe de nombreuses variétés, les plus connues en France sont les Reines-Claude, les mirabelles ou les quetsches. Il existe un prunier particulier, le prunier d’Ente qui sert à produire le pruneau.

Composition de la prune


La prune est source de vitamines A, C, K, E mais aussi certaines vitamines du groupe B. Reminéralisante, elle contient de nombreux oligo-éléments comme le magnésium, le manganèse, le potassium, le phosphore, le calcium, le fer ou le cuivre.

Riche en fibres et en eau, la prune est laxative, diurétique, et dépurative. Pas trop calorique elle affiche 50 kcal pour 100 g.

De nombreux composés font de la prune un aliment remarquable :
  • l’acide chlorogénique : antioxydant et anxiolytique (s’il est consommé en grande quantité),
  • des catéchines : antioxydants puissants qui interviennent également dans la prévention des maladies inflammatoires et coronariennes,
  • des flavonols, aux propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes.
Prune


Bienfaits de la prune



L’activité antioxydante de la prune (et du pruneau) est élevée, plus que la pomme, la pêche, la poire ou la fraise. Elle participe donc activement à la lutte contre les radicaux libres.

La prune diminuerait le mauvais cholestérol si elle est consommée de manière quotidienne et réduirait les risques de maladies cardio-vasculaires. Bénéfique, reminéralisante, stimulante, la prune est recommandée pour les enfants en pleine croissance, les personnes âgées ou pendant la ménopause.

La prune peut être consommée crue ou cuite, en pâtisserie, confiture, bocaux ou en accompagnement de certaines viandes. Elle sert à l’élaboration d’une eau de vie appelée gnôle.


Attention tout de même car la prune peut entraîner le syndrome d’allergie orale et de l’intestin irritable. 


jeudi 25 avril 2013

La banane, énergétique

La banane 


Parfois boudée pour son apport calorique, la banane est pourtant remplie de bienfaits. Facile à transporter, énergétique, digeste, très adaptée pour les enfants, la banane présente de nombreux avantages à être consommée modérément.

Histoire et Origine de la banane


Fruit du bananier, la banane est la base du régime alimentaire de nombreux pays tropicaux. La plupart des bananiers sont domestiqués de nos jours et il devient difficile de trouver des bananiers sauvages. Les bananes sauvages ne contiennent quasiment pas de pulpes mais plutôt des graines. La domestication du bananier a eu lieu il y a des millénaires. 

Le bananier  produit des sortes de grappes géantes appelées « régimes » pouvant regrouper jusqu’à 200 bananes. La banane est un fruit climatérique, c'est-à-dire qu’il murit après sa cueillette. Souvent la banane subit un passage à l’éthylène pour accélérer son murissement. La banane est le 3ème fruit le plus exporté au monde après l’orange et le raisin.

Composition de la banane


Plutôt calorique, la banane affiche 90 à 100 kcal/100g. Il faut dire qu’elle apporte beaucoup de glucides.
C’est un fruit extrêmement riche en potassium, un élément chimique qui agit sur la bonne santé nerveuse et sanguine.

Du point de vue des minéraux et oligo-éléments, la banane apporte du phosphore, du calcium, du zinc, du fer et du magnésium. La banane contient aussi des vitamines A et C ainsi que des vitamines du groupe B, dont la B6 en forte quantité.

Bienfaits de la banane


Sa teneur élevée en potassium est intéressante pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires et équilibrer le système nerveux.

C’est un coupe-faim qui peut prévenir les fringales notamment après un effort. Elle peut aider à combattre l’anémie grâce à son taux élevé en fer. Ses fibres permettent de favoriser le transit intestinal et lutter contre la constipation. Elle est très digeste et calme les douleurs liées aux brûlures d’estomac.

La banane contient peu d’antioxydants en revanche, elle possède tout de même un pouvoir antioxydant élevé grâce à son complexe dopamine / vitamine C. Elle contient aussi du tryptophane, un acide aminé, qui agit positivement sur l’humeur.

A noter : La banane peut entrainer le syndrome d’allergie orale. 


mercredi 6 mars 2013

Les fruits secs, naturellement bon

Fruits secs
amandes

noix de macadamia











Idéal pour palier aux carences de l’hiver, les fruits secs sont naturellement gorgés de nutriments bons pour la forme et la santé.

Les différents types de fruits secs 


Les fruits secs regroupent 2 types de fruits :
noix

  • les fruits à coque ou oléagineux : amande, arachide, lin, noisette, noix, noix du brésil ou do Para, noix de cajou, noix de macadamia, noix de pécan, pignons, pistache, sésame...
  • les fruits séchés par déshydratation et/ou confits : abricots, ananas, banane, canneberge, cerise, datte, écorces d’agrumes, figue, gingembre, kiwi, mangue, melon, papaye, pêche, prune, pruneau, myrtille, poire, pomme, raisin, tomate...

Comment sécher les fruits secs


cacahuète
Les fruits à coque ne subissent pas  d’étape de séchage puisqu’ils sont secs naturellement.

L’avantage de sécher les fruits est de pouvoir bien mieux les conserver. Les romains utilisaient déjà cette technique pour garder les fruits pendant l’hiver. Le séchage permet d’abaisser le taux d’eau présente dans le fruit à 20%.

Le traitement par séchage peut se faire à l’aide d’évaporateurs à 60°C avec une perte d’une partie des vitamines, au feu de bois à basse température ou naturellement au soleil. Souvent les fruits secs subissent des traitements pour les donner une belle couleur et améliorer leur conservation:

  • anhydre sulfureux appelé désormais dioxyde de souffre (E220) et tous les sulfites E221 à E228, ils sont dangereux et toxiques (classés niveau 3 par le Centre International de Recherche sur le Cancer). Le E223 et E224 sont autorisés dans la filière bio. Ce sont des CMR (cancérigène, mutagène et reprotoxique), qui détruisent la vitamine B1 et entrainent des troubles intestinaux, respiratoires ou cutanés notamment chez les personnes déjà fragilisées.
  • huile de palme, avec les dangers que l’on connait sur la santé et la biodiversité,

Les fruits secs sont parfois réhydratés afin de leur donner plus de moelleux.
Il convient donc de bien les choisir, bio de préférence, pour éviter les pesticides et les additifs au maximum.

Les bienfaits des fruits secs


noix du Brésil
Riche en vitamines, Les fruits secs renferment de nombreux minéraux : calcium, fer, magnésium, potassium, sodium. Ils apportent beaucoup de glucides. Ils aident à renforcer les défenses naturelles, particulièrement en fin d’hiver lorsque le corps a besoin de ressource pour lutter contre le froid et le manque d’ensoleillement. Ils contiennent beaucoup de fibres qui stimulent le transit intestinal. Ils aident à réduire les risques de maladies cardio-vasculaires et de maladies dégénératives.

Les oléagineux apportent des protéines, des lipides (souvent riche en acides gras insaturés), du calcium, du fer, du magnésium et du zinc. Les fruits séchés quant à eux sont très riches en fibres, en oligo-éléments, minéraux et vitamines.

Chaque fruit sec possède ses caractéristiques et ses bienfaits : la datte et la pomme sont peu caloriques, la banane riche en magnésium, les figues contiennent beaucoup de vitamine B, les abricots de la vitamine A, les cranberries sont antioxydants, les raisins secs et les pruneaux sont remplis de fibres, les noix contiennent de la vitamine E, la noisette de la vitamine B9 et du magnésium, ...

Comment utiliser les fruits secs

pistache

Les fruits secs ont pourtant mauvaise réputation du point de vue calorique. En fait ils ne contiennent pas plus de calories, de minéraux, de vitamines ou d’oligo-éléments qu’un fruit frais. Mais rapporté au poids, les fruits secs sont plus concentrés. On en mangera donc une petite poignée pour obtenir les mêmes apports qu’un fruit frais.

Les fruits secs peuvent être dégustés en grignotage, en apéritif simplement passés à la poêle mais aussi être incorporés dans les plats (tajine, couscous, salades...), mélangés avec les viandes ou les légumes ou ajoutés aux desserts et pâtisseries. On peut les réhydrater dans du thé vert chaud, aromatisé ou non selon si l’on veut lui ajouter une saveur supplémentaire ou pas.


mercredi 27 février 2013

La papaye, vitaminée et antioxydante


La papaye


La papaye, fruit du papayer, est originaire du Mexique. De nos jours, on retrouve le papayer sur l’ensemble des zones tropicales du globe. Ce fruit à la chair orangée est une baie d’environ 500 g mais pouvant atteindre plusieurs kilos.

Peu calorique, la papaye affiche environ 35 kcal pour 100 g. Elle est riche en fibres alimentaires, régulatrices du système intestinale et responsable de la sensation de satiété. Consommée bien mûre, elle regorge de bienfaits comme les antioxydants avec :
  • les catéchines, des composés phénoliques présents également dans le thé vert et associés à une diminution des risques cardio-vasculaires,
  • les caroténoides, responsable de sa pigmentation orangée, connus pour leur propriétés anticancérigènes


La papaye apporte de nombreuses vitamines :
  • Vitamine C, qui stimule les défenses immunitaires et aide à lutter contre les infections et la fatigue,
  • Vitamine A, pour une belle peau et qui aide à lutter contre les effets du vieillissement,
  • Vitamine B5, nécessaire à la bonne santé des cellules de l’épiderme,
  • Vitamine B9, indispensable pour les femmes enceintes ou allaitante (pour éviter les malformations fœtales) et qui permettrait de diminuer les risques de maladies cardio-vasculaires, de dépression, de ou le déclin cognitif,
  • Vitamine E, antioxydant puissant, elle possède également des vertus anti-inflammatoires.


Elle apporte également de nombreux minéraux comme le potassium, le calcium ou le magnésium. Ils jouent des rôles importants dans la prévention de risques cardio-vasculaires, l’abaissement de la tension artérielle,
C’est excellent stimulant du système immunitaire. La papaye est digestive et cicatrisante.

Le latex, recueilli sur le fruit encore vert, est un bon cicatrisant et permet d’extraire une enzyme aux applications industrielles et thérapeutiques. Ce même latex peut aussi entrer dans la composition des chewing-gums. Les graines contenues dans le fruit peuvent être consommées en assaisonnement pour leur goût légèrement poivré. Les feuilles du papayer sont utilisées en infusion contre les affections du foie. 
La papaye est à consommer avec précaution pour les personnes suivant un traitement anticoagulant. Elle peut entraîner des allergies chez les personnes sensible au latex.

En cuisine la papaye s’associe très bien avec les fruits rouges, le miel, la banane, le citron vert, la salade, l’avocat ou le crabe. Elle peut être cuite et incorporée en purée dans les gâteaux. Elle peut servir à attendrir la viande. Elle se consomme crue ou en jus. On la trouve également sous forme séchée.

En cosmétique, la papaye apporte de l’éclat au teint. Sa chair permet de combattre l’acné et atténue les rides. C’est un bon exfoliant du visage. Elle élimine les points noirs et prévient l’obstruction des pores. Il existe une huile de papaye, obtenue à partir des graines contenues dans le fruit et particulièrement recommandée aux peaux grasses et acnéiques. 

mercredi 30 janvier 2013

L'ananas, anti-inflammatoire



Plant d'ananas

Originaire d’Amérique du Sud, l’ananas est une plante dont le fruit unique porte le même nom. Son fruit, qui pousse sur une tige nichée au cœur de la plante, provient de la réunion d’une multitude de baies. L’ananas ne survit pas en dessous de 10°C et supporte très bien les climats arides. Il existe 7 variétés : le Cayenne, l’ananas bouteille, le Spanish, le Mordilonus-Perolera-Malpure, le Pernambuco, le Queen et le Victoria.

Consommé frais, l’ananas contient :
  • de l’eau à 90%,
  • des fibres,
  • des minéraux : calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium, cuivre, sodium et zinc),
  • des vitamines A, certaines vitamines du groupe B et de la vitamine C.

Il apporte entre 45 et 50 kcal/100g.

Grâce à une enzyme appelée broméline et présente uniquement dans l’ananas frais, il possède des vertus cicatrisantes et anti-inflammatoires. Cette enzyme pourrait également jouer un rôle positif dans les systèmes immunitaire et sanguin et de ce fait il diminuerait les risques de maladies cardio-vasculaires et d’hypertension. L’ananas aide aussi à la digestion et à l’élimination de l’eau en cas de rétention d’eau ou de cellulite.

L’ananas renferme des antioxydants naturels tels que des polyphénols et des flavonoïdes permettant de neutraliser les radicaux libres.

L’ananas ne doit surtout pas être conservé au réfrigérateur. C’est un fruit fragile qui craint les chocs. Les ananas sont cueillis juste avant leur maturation pour une expédition en bateau mais mûrs à point lorsqu’ils sont expédiés par avion.

En cuisine, son jus attendrit la viande et facilite l’assimilation des protéines. Il peut accompagner les poissons, les viandes ou le riz. En revanche il ne fait pas bon ménage avec la gélatine ou le lait. Certaines personnes peuvent être intolérant à l’ananas. Il existe quelques rares cas d’allergies.

En cosmétiques, l’ananas traiterait l’acné en application directe sur la peau. Son jus permettrait de purifier et tonifier la peau et d’éliminer les impuretés et les cellules mortes. 


jeudi 3 janvier 2013

L'amande, un aliment sain

Amande

Avec l’épiphanie ce week-end, voilà l’occasion de s’intéresser à l’amande, ingrédient incontournable de la frangipane qui garnit souvent la galette des rois. Mais l’amande ce n’est pas que cela et elle mérite vraiment qu'on s’attarde sur elle.

Origine et histoire de l’amande


L’amande est le fruit de l’amandier, un arbre de la grande famille des Rosacées (pomme, poire, cerise, framboise, abricot, pêche...). C’est une graine oléagineuse. Si elle est originaire d’Asie, l’amande est désormais cultivée un peu partout dans le monde. Les 1ers producteurs sont les Etats-Unis, loin devant la Syrie, l’Iran ou l’Espagne. On dénombre une cinquantaine de variétés différentes.

Il existe l’amande amère, amande sauvage et l’amande douce, domestiquée depuis des millénaires. L’amande amère est toxique à forte dose à cause de l’acide cyanhydrique qu’elle contient. Mais on peut l’utiliser en petite quantité dans les pâtisseries.

Composition de l’amande


L’amande est plutôt calorique puisqu’elle affiche 590kcal pour 100g. Elle apporte des glucides et des lipides mais c’est surtout son apport en protéines qui est intéressant notamment pour les végétariens. Elle est très riche en minéraux comme le calcium, le magnésium, le phosphore, le potassium, le zinc et le fer. Elle apporte de la vitamine B2, qui agit sur les cellules, et de la vitamine E, antioxydant naturel. Elle contient beaucoup de fibres qui permettent de réguler le transit et elle apporte des oméga 6. La présence de phytostérols dans l’amande permet de diminuer l’absorption de cholestérol par les intestins.

L’amande apporte donc beaucoup d’énergie à l’organisme sans qu’il soit nécessaire d’en consommer beaucoup. Attention tout de même à choisir des amandes grillées à secs ou séchées plutôt que des amandes grillées à l’huile ou salées qui sont beaucoup moins intéressante sur le plan nutritif.

Bienfaits de l’amande


Consommer des amandes de manière journalière permet d’agir sur le taux de mauvais cholestérol sanguin et d’augmenter le potentiel antioxydant de notre organisme. Elles peuvent diminuer les risques de problèmes cardio-vasculaires, de diabète ou de calculs biliaires et abaisser la tension sanguine.

Malgré leur richesse calorique, elles n’entrainent pas de prise de poids, consommées avec modération. Elles permettraient même d’équilibrer spontanéement les besoins nutritionnelles des consommateurs réguliers. Sa richesse en minéraux en fait un allié de notre organisme, car ils agissent de manière bénéfique dans nombre de processus métaboliques et contre les radicaux libres.

L’amande faisant partie des fruits à coque peut être source d’allergie. 


Usages de l’amande


On trouve l’amande sous diverse formes : entière, mondée, grillée, effilée, en pâte, en crème, en lait ou en poudre. Elle entre dans la fabrication de nombreux desserts, biscuits, bonbons : macarons, dragées, tuiles, pralines, nougat, calissons, frangipane... Elle peut se manger fraîche, encore dans le fruit. Elle accompagne souvent des plats salés comme les poissons, le poulet, le couscous ou les légumes.

L’amande entre dans la fabrication du sirop d’orgeat. L’huile d’amande douce est extraite du noyau et est très utilisée en cosmétique mais aussi comme léger laxatif. Elle peut s’utiliser en cuisine. Le lait d’amande est également très répandu et sert d’alternative au lait de vache depuis des siècles. L’amande peut également se décliner sous forme de beurre ou de purée.




mardi 16 octobre 2012

Courge, citrouille, giraumon et autre potiron

La courge d'hiver



Octobre est là, apportant avec lui les courges d’hiver : courge, citrouille, giraumon et potiron ornent désormais les étales des maraichers. Partons donc à la découverte de ce fruit (et oui !) aux couleurs et formes diverses travaillé comme un légume.

Histoire et origine de la courge


Originaire d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, la courge appartient à la famille des Cucurbitacées. Cette plante, qui donne aussi son nom au fruit, existe depuis des millénaires et a été introduite en Europe par les Espagnols pendant la grande conquête de l’ouest.

Il existe de très nombreuses variétés de tailles, couleurs et formes différentes. Si l’on se place du point de vue botanique, la courge est un fruit et pourtant on la cuisine comme un légume. On distingue 2 sortes de courges :
  • les courges d’été, comme la courgette ou le pâtisson, dont la peau se mange et qui se cueille avant leur maturité,
  • les courges d’hiver, avec la courge musquée, la citrouille, le potiron, le giraumon, qui se cueille à maturité et possède une peau épaisse et dure non comestible. Leur durée de conservation peut être de plusieurs semaines à plusieurs mois en fonction de leur mode de stockage.

Composition et bienfaits de la courge


De façon générale, la courge est connue pour ces qualités anti-inflammatoires, digestives (c’est une bonne source de fibres) et diurétiques. Elle est aussi légèrement laxative. Composée à 90% d’eau, la courge est peu calorique, compter (15 à 20 kcal/100g).

Les graines sont vermifuges et préviennent les caries dentaires. Elles permettent d’équilibrer les taux de cholestérol.

La courge est plutôt bien fournie en antioxydants :
  • des béta-carotènes, aux effets bénéfiques sur le système immunitaire, la vision et les maladies dégénératives, ils maintiennent l’hydratation de la peau et les os en bonne santé
  • de la cucurbitancine, aux vertus anti-inflammatoires, elle possède un effet protecteur pour le foie,
  • de la vitamine C qui contribue au renforcement de notre immunité ainsi qu’au renouvellement du collagène

La courge est aussi une bonne source d’oligo-éléments notamment en fer, manganèse, cuivre. Ils interviennent à différents niveaux du métabolisme. Elle apporte également du phosphore. Indispensable à la bonne santé des os et des dents, le phosphore permet de régénérer les cellules. Le potassium, que contient la courge, est un micronutriment permettant de réguler la pression artérielle.


Conservation et utilisation de la courge

Dans la courge, sont comestibles la chair du fruit, les fleurs et les graines.

La chair de la courge se consomme en soupe, en gratin, en tarte, en confiture ou comme des pâtes (courge spaghetti). Les fleurs se dégustent en beignets. Les graines peuvent être consommées une fois séchées et salées en apéritif, comme les cacahuètes ou bien pour agrémenter une soupe. Les graines de courge sont aussi utilisées pour la fabrication de l’huile de pépins de courge utilisée aussi bien en cuisine qu’en cosmétologie.

Du point de vue de la conservation, les courges stockés aux alentour de 10°C peuvent être conservées plusieurs mois. On pourra tout de même les garder quelques semaines à température ambiante. La courge se congèle bien mais ne supporte pas d’être réfrigérée. 


mercredi 19 septembre 2012

La poire, remplie de bienfaits


Poires

La poire d’automne arrive doucement dans nos étales. Les différentes variétés vont se succéder jusqu’au milieu de l’hiver. Mais quels bénéfices tirer de ce fuit ?

Origine de la poire


Fruit du poirier, un arbre de la famille des Rosacées (pommier, abricotier, aubépine, fraisiers, églantiers…), la poire est ancestrale. Elle nous vient d’Asie et a suivi une évolution semblable à la pomme au fil des siècles.
Il existe 2 types de poires : les poires de table, cueillies mûres et les poires à cuire récoltées avant maturité.

Il s’agit d’un fruit climactérique c’est-à-dire que la poire continue à murir même après la cueillette. On compte des milliers de variétés de poires mais seule une vingtaine d’entre elles est commercialisée pour leur robustesse (résistance aux transports et au stockage).

Les poires sont regroupées en fonction de leur date de maturité : les poires d’été, les poires d’automne et les poires d’hiver. Parmi les plus connues, on peut citer la William, la Rochas, la Comice, la Guyot, la Conférence ou la Passe-Crassane. On trouve encore quelques poiriers sauvages en Asie et Extrême-Orient, la plupart des poiriers sont cependant domestiqués.

Composition de la poire


Composée à 80% d’eau, la poire renferme de nombreux minéraux et oligo-éléments : potassium, calcium, magnésium, fer mais aussi cuivre, zinc, sodium, phosphore. Elle regroupe également de nombreuses vitamines : la vitamine A, différentes vitamines du groupe B avec notamment la vitamine B9, la vitamine E et la vitamine K.
Du côté des antioxydants, la poire contient du carotène, des flavonoïdes et bien sûr de la vitamine E. Comme de nombreux fruits et légumes c’est dans la peau que leur taux est particulièrement élevé. La poire est également un bon apport en fibres dont les 2/3 sont insolubles. Son apport calorique s’élève à moins de 60kg/100g, ce qui est relativement acceptable.

Bienfaits de la poire


Bien pourvue en minéraux mais aussi en eau, la poire est un fruit reminéralisant et rafraichissant. Grâce à ses antioxydants, la poire peut aider à prévenir les maladies cardio-vasculaires et certains cancers. Elle possède un effet anti-âge en contribuant à lutter contre les radicaux libres. Ses fibres solubles participent au bon fonctionnement du système digestif et soulage les maux d’estomac. Quant aux fibres insolubles, en grande majorité tout comme la pomme, elles permettent de piéger le cholestérol, empêchant ainsi son absorption. Légèrement diurétique, elle est réputée pour purifier le sang et drainer les reins.

Attention la poire peut provoquer des troubles intestinaux pour les personnes sensibles au syndrome de l’intestin irritable ainsi que des réactions allergiques chez les personnes réactives au syndrome de l’allergie orale.

Utilisations de la poire


Fragile, elle craint les coups et doit également être très vite consommée une fois arrivée à maturation.

Utilisées tel quel, les poires sont également très utilisée en pâtisserie, pochées, poêlées, en tarte, en chausson ou en confiture.  Elles peuvent tout à fait accompagner les plats salés comme les viandes blanches ou le canard mais aussi les crustacés. Elles se marient bien avec de nombreuses herbes aromatiques : romarin, thym, sauge, menthe, mélisse…, En boisson, elles permettent de réaliser des jus, des jus fermentés ou de l’eau de vie. Elles accompagnent divinement le fromage ou le chocolat.

En cosmétique, la poire peut être utilisée, réduite en purée, dans des masques pour le visage. Elle ravive alors le teint et possède une action anti-âge.


jeudi 13 septembre 2012

La figue, super fruit d'automne


La figue, super fruit


L’automne arrive, apportant avec lui un des fruits les plus vertueux pour notre organisme : la figue. En effet ce fruit charnu et coloré est rempli de bienfaits.

Origine et description de la Figue


Connue depuis des millénaires, la figue est le fruit du figuier, un arbre de la famille des moracées (muriers, arbre à pain), famille qui produit du latex. Originaire d’Asie Mineure, le figuier a rapidement gagné le bassin méditerranéen. On le trouve maintenant un peu partout dans le monde : en Californie, au Brésil, en Nouvelle-Zélande… On dénombre près de 300 variétés. Les principaux pays producteurs sont la Turquie, l’Egypte, le Maroc, l’Iran et la Grèce.

Il existe 2 types de figuiers : les unifères et les bifères. Les premiers ne produisent qu’une seule récolte tandis que les seconds donnent une récolte en début d’été puis une deuxième à l’automne. On trouve des figues de couleurs vertes, brunes ou violettes. Les figues sèches sont séchées au soleil, lavées puis étuvées. Notons que la figue de Barbarie n’appartient pas à la même famille botanique.

La majeure partie de la production mondiale est destinée à la production de la figue sèche. La figue fraîche se déguste à partir de septembre mais reste un produit plutôt cher.


Composition de la figue


Riche en minéraux, vitamines, fibres et antioxydants, la figue affiche de beaux atouts.
  • les minéraux : la figue apporte du calcium, du potassium, du magnésium, de cuivre, du manganèse, phosphore, fer, sodium et zinc.
  • les vitamines : toutes les vitamines sont quasiment représentées dans la figue : la vitamine A, une grande partie des vitamines de groupe B (B1, B2, B3, B5, B6), la vitamine C, la vitamine E et la vitamine K.
  • les fibres : la figue contient une grande proportion de fibres insolubles mais aussi des fibres solubles.
  • les antioxydants : des flavonoïdes, de la vitamine E et un peu de caroténoïde. Les antioxydants sont présents en grande majorité dans la fine peau de la figue. Plus la figue est de couleur sombre plus elle est riche en antioxydant. En revanche la figue sèche est relativement pauvre en antioxydant.

Du côté des calories, la figue affiche 70 kcal/100g, ce qui reste raisonnable. Par contre la figue sèche est très calorique, 250kcal/100g. Moins intéressante sur le plan vitaminique, la figue sèche est extrêmement bien pourvue en potassium, calcium, fer et en fibres.


Bienfaits de la figue


Sa riche composition offre de nombreux bénéfices pour notre organisme. En effet la figue, comme la plupart des fruits et légumes, aide à lutter contre les risques de maladies cardio-vasculaires, certains cancers, les maladies dégénératives, le diabète ou le cholestérol.

La figue protège les voies respiratoires en cas de rhume. Elle apporte tonicité et énergie aux personnes fatiguées, déprimées ainsi qu’aux sportifs. Elle aide à la cicatrisation. Grâce à ses fibres insolubles, la figue facilite la digestion et maintient la fonction intestinale en bon état de marche. Les fibres solubles quand à elle, aide à normaliser le taux de mauvais cholestérol, le glucose et l’insuline pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires et le diabète. N’oublions pas également sa capacité à lutter contre les radicaux libres et les effets du vieillissement grâce à ses différents antioxydants.



Les utilisations de la figue


Souvent utilisée en pâtisserie (tartes, clafoutis, crumble, confitures, pochées, rôties), la figue peut aussi accommoder les plats salés : volaille, jambon cru, foie gras, fromages de chèvre ou encore dans les salades et être transformée en chutney.

Fraiche, la figue doit être consommée rapidement (1 à 2 jours) car elle s’abime vite. Elle se conserve au réfrigérateur et on prévoit de la sortir 2 heures avant de les déguster ou de les cuisiner. Elle peut se congeler entière. Il suffira de les laisser décongeler à température ambiante.

En se tournant vers les produits naturels, de nombreuses marques de cosmétiques proposent des gels douche et des crèmes pour le corps à base de figue. Elle apporte hydratation et douceur à la peau tout en la protégeant contre les agressions du temps.

Il existe des risques d’allergie à la figue avec des démangeaisons et sensations de brûlure des lèvres, de la bouche et de la gorge. La figue peut également provoquer le syndrome du colon irritable. Il faudra alors la retirer de son alimentation. 


mercredi 18 juillet 2012

La pastèque, désaltérante



la pastèque pour se désaltérer
la pastèque désaltérante

La pastèque est une plante à tiges rampantes de la famille des cucurbitacées (melon, concombre, courge), originaire d’Afrique centrale. Sa culture a peu à peu gagné le bassin méditerranéen (Espagne, Italie, Turquie…). Plante et fruit porte le même nom mais la pastèque est souvent surnommée melon d’eau. D’un point de vue botanique, la pastèque est une baie pouvant atteindre tout de même 35kg .

De forme oblongue ou ronde, sa chair peut être rose, jaune ou blanche avec des graines noires, rouges ou blanches. Il existe une variété de pastèque à confiture, qui ne se consomme pas crue, de couleur verdâtre et aux graines rouges. Depuis les années 50, des variétés de pastèque sans pépins ont fait leur apparition.

Peu calorique, peu nutritive, la pastèque tient la ligne malgré son poids. Elle contient des vitamines (A, B1 et B6, C) mais très peu de lipides ou de fibres. Très désaltérante, la pastèque affiche une teneur en eau de 92%. Elle présente de petites quantités de minéraux : phosphore, magnésium, calcium et sodium essentiellement et une quantité intéressante de potassium (réduction de l’hypertension).

Sa richesse tient plutôt dans ses antioxydants :
  • la citrulline : précurseur de l’arginine, un acide aminé essentiel. La citrulline permet de limiter les dépôts de lipides dans les vaisseaux et prévient les risques de maladies cardio-vasculaires et de diabète. Elle favoriserait également l’élimination de l’urée.
  • le lycopène : présent également dans la tomate, ce caroténoïde amenuiserait les risques de cancers (appareil digestif), de maladies cardio-vasculaires, de diabète ou d’ostéoporose.

La pastèque peut accommoder des plats salés de viande ou être confite dans du vinaigre. Elle est idéale pour la réalisation de granité. Les pépins sont comestibles (très riches en protéines) et dans certains pays, on les déguste séchés et salés en apéritif comme les graines de courge. Sa conservation se fait au frais, en évitant le réfrigérateur qui dénature sa chair.

Attention il existe des risques d’allergies à la pastèque : démangeaisons et sensations de brûlures de la cavité buccale qui s’estompent quelques minutes après la consommation.



mercredi 4 juillet 2012

La courgette, ses atouts pour la santé

la courgette



La courgette est une plante de la famille des Cucurbitacées, originaire d’Amérique Centrale. C’est d’ailleurs une courge qui est cueillie avant sa maturité. Plante et fruit porte le même nom. Et oui la courgette est un fruit mais travaillé comme un légume en cuisine. On trouve des courgettes allongées ou rondes, vertes ou jaunes.

C’est seulement au début des années 1900 que ce fruit est entré dans la cuisine française. Diététiquement elle peut remplacer la pomme de terre dans les potages apportant ainsi de l’onctuosité grâce à ses fibres et surtout beaucoup moins de calories. Les fleurs de la plante se consomment notamment en beignets ou farcies. La courgette se mange cuite ou crue, surtout lorsqu‘elle est jeune.

Très riche en eau (95%), la courgette est aussi très peu calorique (15kcal/100g), ce qui en fait un bon atout lors de régimes. La courgette présente des taux fort intéressants en minéraux :
  • le phosphore qui est un constituant essentiel des cellules de notre corps. Il intervient dans la minéralisation des os et des dents et joue un rôle dans le maintien du PH sanguin.
  • le calcium, pour le maintien de la solidité des os, la coagulation sanguine, et la contraction musculaire,
  • le magnésium, qui interagit avec le phosphore et le calcium pour la santé des os. Il joue également de très nombreux rôles dans les systèmes nerveux, cérébral, musculaire, immunitaire… C’est aussi un anti-inflammatoire et anti-allergique,
  • le potassium, régulateur de la tension artérielle, du système nerveux, des reins, il maintient l’équilibre des fluides intracellulaires dans le corps.


La courgette fournit de la vitamine A, B3 et C mais dans des quantités modérées. Elle présente un faible taux de sodium et convient donc pour les régimes pauvres en sel. En revanche elle représente un bon apport en fibres et surtout en pectine, douce et stimulante pour les intestins. On peut noter également la présence d’un antioxydant protecteur du système cardio-vasculaire, la rutine (flavonoïde).



mercredi 27 juin 2012

La pêche, savoureuse et rafraichissante

pêche

Fruit fragile mais délectable, la pêche est un fruit d’été très apprécié par les consommateurs.

Fruit du pêcher, la pêche est un fruit très ancien originaire de Chine. Elle a été introduite en Europe au IIIème siècle avant JC. On distingue différentes variétés de pêches outre la pêche jaune ou blanche, issues de mutations du pêcher : les pêches de vignes à la couleur rouge sombre, les pêches plates, douces et peu acides, les brugnons à la peau lisse ou les nectarines plus résistantes.

La pêche contient un noyau qui renferme une amande, souvent appelée amande amère et qui entre dans la composition de certains desserts ou liqueurs. Elle contient du cyanure et est dangereuse consommée en grande quantité.

Comme la plupart des fruits, la pêche présente des atouts non négligeables pour notre santé :
  • Bonne pour l’organisme : elle apporte du potassium pour lutter contre l’hypertension ainsi que des vitamines A, B3, C et E.
  • Reminéralisante : la pêche est une bonne source de minéraux tels que le phosphore, le magnésium, le fer ou le cuivre,
  • Antioxydante : en effet la pêche renferme des tanins, également anxiolytiques, des flavonoïdes pour lutter contre les risques de maladies cardio-vasculaires et des caroténoïdes pour limiter les risques de cancers ou combattre les maladies dégénératives de l’œil. A noter que la peau renferme 2 fois plus de composés antioxydants que la chair.
  • Digestive : sa teneur en fibres douces en fait un fruit apprécié par les personnes souffrant d’intestins délicats ou de digestions difficiles. C’est un des 1ers fruits que l’on pourra donner aux bébés lors de la diversification ou pour calmer leurs maux de ventre.
  • Hydratante, elle rafraichit et peut également s’appliquer sur le visage pour revitaliser l’épiderme,
  • Peu calorique, elle sera appréciée par les personnes suivant un régime. Elle accommode aussi bien les plats sucrés que salés (viandes blanches)

C’est tout de même un fruit relativement fragile, qui résiste mal au transport. La pêche est d’ailleurs souvent cueillie encore dure. Mais s’agissant d’un fruit climactérique, elle finira de murir, laissée à température ambiante. Le réfrigérateur est à éviter car il dénature la pêche.

Il existe un risque d’allergie orale aux pêches crues. Cela se traduit par des sensations de brûlures et de démangeaisons dans la bouche, sans danger et de courte durée. 



mercredi 6 juin 2012

L'abricot, fruit d'été par excellence


L'abricot, fruit d'été

Origine et description de l’abricot


Originaire de Chine, l’abricot est le fruit de l’abricotier, un arbre de la famille des Rosaceae , famille qui regroupe aussi le cerisier, le framboisier, le fraisier, l’églantier, le poirier, le prunier le néflier… C’est un fruit charnu à la chair jaune et contenant un noyau. Ce noyau renferme une amande (graine) qui est utilisée pour fabriquer l’huile de noyau d’abricot.

L’abricot est un fruit climactérique, c'est-à-dire qu’il murit après sa cueillette comme l’avocat, la tomate, la pomme ou le melon. Il existe différentes variétés d’abricot comme le Early Blush, le Bergeron, l’Orangered, le Royal…

Composition de l’abricot


Noyau d'abricot
L’abricot est riche en carotène (Provitamine A) qui lui donne sa couleur orangée, protège la peau des agressions du soleil et aide à lutter contre les radicaux libres. C’est également une bonne source de vitamine C, antioxydant naturel, indispensable aux systèmes immunitaires et sanguins. Les composés phénoliques et les flavonoïdes sont des antioxydants puissants qui composent également l’abricot.

L’abricot est une source formidable en fibres et notamment en pectine, qui favorise la digestion. Il contient également du potassium qui aide à lutter contre l’hypertension. Du côté des oligo-éléments, il apporte du magnésium, du calcium et du fer.

Sous sa forme séchée, l’abricot contient beaucoup de fer ou de cuivre et apporte de l’énergie (glucides) aux sportifs.

Bienfaits de l’abricot


Comme de nombreux fruits et légumes, sa richesse en antioxydant lui donne de bonne aptitude pour prévenir les maladies cardio-vasculaires ou la maladie d’Alzheimer ou pour diminuer les risques de certains cancers.
L’abricot est réputé pour lutter contre la toux, la constipation ou les rhumatismes. L’amande du noyau d’abricot, qui peut se consommer, serait antitussive, antiasthmatique et laxative.

En cosmétique, c’est sous sa forme huileuse que l’abricot est surtout utilisé. En effet, cette huile, obtenue à partir des noyaux d’abricot, est parfaite pour illuminer le teint et donner bonne mine. Mais il peut tout à fait être utilisé frais, écrasé pour des masques du visage.

L’abricot sous toutes ses formes

C’est un fruit tout à fait agréable à consommer frais. On connait également sa forme séchée, que l’on déguste plus facilement en hiver, accompagnée de noix et de fromage.
A noter : un abricot sec trop orangé indique qu’il a subit un traitement à l’anhydre sulfureux pour améliorer sa conservation. L’abricot brunit lorsqu’il sèche.

Sous sa forme cuite, les utilisations sont nombreuses et variées : en compote, confiture ou coulis, dans les tartes ou les desserts. On peut l’utiliser aussi dans les plats salés : en accompagnement des volailles, en vinaigrette, dans les tajines, les ragoûts, les taboulés…

On l’a vu plus haut, l’huile de noyau d’abricot est utilisée en cosmétique et intègre surtout les soins du visage.

L’amande de l’abricot peut se consommer mais à petite dose car elle contient du cyanure d’hydrogène, une substance mortelle à haute dose. L’Amaretti, un biscuit italien sec, est fait à base d’amande de noyau d’abricots.

mercredi 30 mai 2012

Le concombre en quelques mots


bienfaits du concombre


Originaire d’Inde, le concombre appartient à la famille des cucurbitacées tout comme la courge, la courgette, le cornichon ou le melon. Le concombre est un fruit même s’il est cuisiné comme un légume.

Les propriétés du concombre sont pour la plupart contenues dans sa peau. On le dit anti-inflammatoire et ayant la capacité de ralentir la croissance des cellules cancéreuses. Il diminuerait le risque de maladies cardio-vasculaires et possède un léger pouvoir antioxydant.

Le concombre est un aliment souvent utilisé dans les régimes car il est très peu calorique et rassasiant. Il contient 95% d’eau, ce qui en fait un bon diurétique, mais peu de fibres. Parmi ces composants bénéfiques, on retiendra le béta-carotène, les vitamines C et K, et des minéraux comme le calcium, le magnésium, le phosphore ou le potassium.

En cuisine, le concombre se consomme généralement cru, en salade. Mais il peut très bien être cuit et cuisiné un peu à la manière de la courgette, à la poêle, en gratin… S’il vous semble trop difficile à digérer, il est conseillé de retirer les pépins en son centre.

En cosmétique, le concombre est idéal pour les peaux grasses qu’il régule dans leur production de sébum. Appliqué à même la peau, il soulage les couperoses et atténue les cernes et les poches. Le concombre est tonifiant et hydratant pour l’épiderme. Que ce soit pour les produits cosmétiques industriels ou fait maison, on peut utiliser le concombre sous forme d’extrait de concombre ou d’huile de pépins de concombre. De cette manière, on profite des vertus astringente, éclaircissante et hydratante du concombre tout au long de l’année. 


mercredi 23 mai 2012

Le melon


melon charentais, de cavaillon ou cantaloup

Rafraichissant et sucré, le melon fait parti des fruits de l’été les plus appréciés et consommés. Il est donc temps d’en savoir un peu plus sur ce fruit très prisé.

Origine du melon


Son origine exacte n’est pas définie (Asie centrale, Afrique, Inde ?) mais il était déjà cultivé il y a plus de 5000 ans en Egypte. Le terme de melon désigne à la fois la plante (de la famille des Cucurbitacées) et le fruit. Il existe plus de 600 variétés de melon. Les plus consommés en France sont :
  • Le melon charentais encore appelé cantaloup ou melon de Cavaillon. De forme ronde, son écorce est lisse, sa chair orangée, sucrée et parfumée. Il existe aussi une catégorie de melon charentais brodé, c'est-à-dire que l’écorce présente des aspérités. Le melon charentais est le plus cultivé et le plus consommé en France. Le melon de Guadeloupe, de type charentais vient d’obtenir l’IGP (Indication Géographique Protégée) rejoignant le melon du Haut Poitou et du Quercy.
  • Le galia à la chair verte claire et sucrée. Son écorce est recouverte de « broderie ».
  • Le melon jaune de forme ovale à la chair blanche ou légèrement rosée. C’est un melon très juteux mais un peu moins sucré.
  • Le melon d’hiver à l’écorce jaune ou verte, la chair blanche à vert pâle. Il est peu sucré, peu odorant et moins vertueux.


Quels sont les bienfaits du melon ?


Très rafraichissant, le melon contient essentiellement de l’eau (90%). Il est très riche en vitamine A (carotène) surtout pour le melon de Cavaillon. Cet antioxydant très puissant diminue les risques cardio-vasculaires ou de cancers, améliore la vision et aide au renouvellement cellulaire. Il apporte aussi de la vitamine C, indispensable à la peau et au système sanguin et certaines vitamines du groupe B, pour la peau, les muscles et les systèmes nerveux et immunitaires.

On trouve également dans le melon du potassium, en forte quantité, qui permet d’abaisser les risques d’hypertension. Le melon renferme également des oligo-éléments comme le magnésium, le calcium, le fer, le zinc ; le cuivre, le manganèse et l’iode, indispensables au bon fonctionnement des systèmes enzymatiques, hormonaux et immunitaires.

Le melon est bien pourvu en fibres qui assurent le bon fonctionnement des intestins et le rendent un peu laxatif. Le melon est un bon diurétique mais il peut être difficile à digérer, surtout en fin de repas. Il est déconseillé de le consommer trop froid.

Comment consommer le melon ?


Sa teneur en sucre est optimale entre 10 et 12% mais peut atteindre jusqu’à 15% si ces conditions de culture sont idéales. La teneur en sucre est souvent garantie.

Le melon se conserve plus facilement s’il est entier, entreposé dans un endroit frais plutôt qu’au réfrigérateur.
Pour choisir son melon, on vérifiera qu’il soit lourd et odorant. Pour le melon charentais, le pédoncule doit commencer à se détacher, indiquant qu’il est arrivé à bonne maturité.

En cuisine, on peut déguster le melon cru en entrée, en dessert ou en smoothie. Mais il peut se consommer également chaud, poêlé ou en papillote pour accompagner les viandes ou le foie gras. Cuit, il fera d’excellentes confitures ou compotes.

En application sur la peau, le melon réhydrate les peaux sèches (masque) et apaise les petites brûlures ou les inflammations posé à même la peau.



mercredi 28 mars 2012

L'avocat


l'avocat, quels bienfaits?

Intéressons-nous aujourd’hui à un fruit de saison : l’avocat. Bienfaisant pour la santé et pour la peau, c’est également un fruit doux, onctueux et relativement bien apprécié.

Mieux connaître l’avocat


L’avocat est le fruit de l’avocatier, originaire du Mexique. Sa maturation n’a lieu qu’une fois le fruit cueilli, on parle de fruit climatérique. Son mûrissement est souvent accéléré par un traitement à l’éthylène. Contrairement aux autres fruits, un avocat dur est un avocat frais, qui n’a donc pas subit de traitement à l’éthylène. Pour le faire murir il suffit de les mettre en contact avec des bananes, des pommes ou des poires, qui libèrent naturellement de l’éthylène ou encore de le laisser à température ambiante.
Son poids peut varier de quelques grammes pour les plus petits à près d’un kilo pour les plus gros selon les variétés. Les variétés les plus connues sont le Haas ou le Fuerte mais il existe une bonne centaine de variétés différentes.

Que contient l’avocat ?


L’avocat est très riche énergétiquement parlant. En effet sa valeur énergétique est assez élevée : il faut compter 300Kcal par avocat. Mais il contient surtout des acides gras mono-insaturés, autrement dit des « bonnes graisses » qui aident à combattre les maladies cardio-vasculaires.

Il compte  aussi des fibres, beaucoup de fibres malgré sa texture tendre, favorisant ainsi le transit, la digestion et la satiété. L’avocat renferme de nombreux oligo-éléments (potassium, phosphore, magnésium, calcium, sodium, zinc, fer, cuivre), des vitamines A, B1, B2, B3, B5, C, E et K et un peu de protéines.

Avocat

Avocat et santé


L’avocat, lorsqu’il est consommé de façon régulière et importante, abaisse le taux de cholestérol dans le sang, notamment le mauvais cholestérol ou LDL. En cuisine, on peut le manger tel quel avec quelques gouttes de citron pour profiter de sa texture onctueuse, sinon on peut l’ajouter dans les salades, les pâtes, les pommes de terre, les soupes… Dans certains pays, on mange l’avocat en mode sucré, avec de la glace par exemple.

Contre toute idée reçue, il peut être intégré, avec modération, dans un programme de régime alimentaire en évitant bien sûr de l’associer à la mayonnaise. Il convient tout à fait aux sportifs ou aux enfants dont la demande en énergie est importante.

On le dit aussi bon pour le foie, la circulation sanguine et la tension artérielle. Il atténuerait les migraines, les problèmes respiratoires et préviendrait certains cancers.

L’avocat doit être consommé avec une grande modération par les personnes prenant un traitement anticoagulant. Ceci est du à la présence de vitamine K qui intervient dans le processus de fabrication des anticoagulants. L’avocat peut également entrainer des allergies.

Avocat et peau


L’avocat hydrate et nourrit la peau. C’est un bon antiride. Il convient à toutes les peaux. Il possède également des aptitudes à aider la cicatrisation. On peut l’utiliser pour renforcer les ongles.

L’avocat prévient la chute des cheveux et peut aider à lutter contre les pellicules. Il redonne de l’éclat aux cheveux ternes.

En cosmétique, on peut utiliser directement sa chair ou bien sous sa forme huileuse tout aussi vertueuse. 



lundi 12 décembre 2011

Les agrumes pour éviter les pépins de l'hiver

Les Agrumes

Les agrumes sont des fruits très vertueux qui peuvent nous aider à lutter contre le froid et la fatigue. L’orange est d’ailleurs le 2ème fruit le plus consommé en France après la pomme. Les clémentines viennent en 5ème position suivie de près par le pamplemousse. Je vous propose un petit tour d’horizon de ces fruits que sont les agrumes.

Leur composition


Les agrumes sont richement composés notamment en nutriments essentiels, nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Ils contiennent :
  • des glucides,
  • des fibres en grande quantité,
  • des vitamines : C bien sûr, mais aussi les vitamines du groupe B : B1, B2, B3, B5, B6, B9, et la vitamine A
  • des oligo-éléments : potassium, phosphore, calcium, phosphore, magnésium, cuivre.
  • Orange
  • des antioxydants : la vitamine C, des flavonoïdes, des monoterpènes, des limonoïdes et des caraténoïdes.




Les bienfaits des agrumes


Les bienfaits des agrumes sont nombreux. La teneur élevée en vitamine C permet d’apporter énergie et vitalité à l’organisme et de stimuler le système immunitaire. Ils sont particulièrement recommandés pour éviter les rhumes ou la grippe.

Leur cocktail d’antioxydants protège contre les maladies et a une action anti-inflammatoire. Une consommation régulière d’agrumes peut réduire les risques de cancers, de maladies cardio-vasculaires, d’anémie, d’obésité, ou d’hypertension.
Pamplemousse

Les agrumes possèdent des qualités détoxifiantes et purificatrices en améliorant l’élimination des toxines. Peu caloriques, ils s’accommodent à de nombreux plats : salades, plats mijotés, viandes, poissons, légumes… Quelques gouttes de citron, citron vert ou orange dans le thé en amplifie les bienfaits. L’association du citron avec les légumes verts favorise l’absorption du fer. Ils se consomment tel quel, en jus ou en zeste.


Il vaut tout de même mieux diminuer leur consommation en cas de prise de médicaments contre le cholestérol, d’anti-inflammatoires ou d’aspirine car ils peuvent interférer avec ces traitements médicaux.

Quel agrume consommer ?


Chaque agrume possède tout de même sa spécificité et agit plus particulièrement sur certaine partie de notre corps.

Le citron est le plus riche en vitamine C. Il facilite la circulation sanguine et le fonctionnement des reins, améliore la digestion en agissant sur le foie, donne de l’éclat à la peau. Il est désinfectant.

Une orange par jour couvre l’apport quotidien recommandé en vitamine C. Elle aide à lutter contre le froid ou la fatigue. La fleur d’oranger est connue pour ces vertus calmante et apaisante.

La bergamote (croisement entre une orange amère et un citron vert) sert à fabriquer l’huile essentielle de bergamote pour lutter contre les problèmes de peau (dermatoses, acné, eczéma, plaies). Elle est également digestive, tonifiante, antiseptique, antispasmodique et vermifuge.
Mandarine

Le pamplemousse est désaltérant et c’est un formidable coupe-faim naturel. De plus il contient très peu de sucre, beaucoup de fibre et de vitamine C, c’est donc l’allié idéal pour les régimes.

La mandarine est le plus doux des agrumes et convient particulièrement aux enfants. Elle contient beaucoup de carotène pour l’effet bonne mine.



Et pour la peau ?

Les agrumes sont excellents pour la peau. Ils lui donnent de l’éclat et affine le grain de peau.

Citron

Le citron est couramment utilisé dans les recettes de cosmétique maison. Il convient parfaitement aux peaux grasses voire acnéiques. Il est astringent et redonne élasticité et tonicité à la peau.

Les agrumes ont également la propriété de stimuler la circulation sanguine. Ils rendent les cheveux brillants et forts.




Les huiles essentielles d’agrumes sont photo-sensibilisantes : l’exposition au soleil est donc fortement déconseillée après leur application.

Et pour finir, quelques produits à base d’agrumes :
  • Respir’Air Pur Agrumes - Le Comptoir Aroma : pour une action assainissante et rafraichissante.
  • La gamme Gel douche, lait corporel, déo Agrumes Bio – Lavera
  • Soin démélant Agrumes Néroli pour homme de John Masters Organics
  • Eau de toilette bio Jardins d’Agrumes – Florame


mercredi 2 novembre 2011

La pomme : un aliment santé


C’est le fruit le plus consommé en France, loin devant l’orange et la banane. Facile à manger et pratique à transporter, la pomme possède des vertus nombreuses et variées qui font d’elle un aliment bon pour la santé, à consommer sans modération.

 la pomme, bonne pour la santé

Ses atouts santé


La pomme est excellente pour la santé. Voici ses principales vertus :
  • Riche en fibres et surtout en pectine qui participent à la régulation du transit intestinal et favorise la digestion. La pectine aide à diminuer l’absorption du cholestérol en formant un gel lors de la digestion.
  • Pauvre en calories : 40 à 50 kcal/100g,
  • Effet coupe-faim : la pomme  est un allié de choix dans les régimes en diminuant les envies de grignotage et en apportant satiété,
  • Pouvoir désaltérant, elle contient 85% d’eau. Idéale après un effort physique, la pomme réhydrate.
  • Concentré de vitamines, la pomme contient une forte teneur de vitamine C mais aussi de la vitamine A, B9, B1, B2, PP, B5, B6 et E ainsi que des sels minéraux comme le potassium, le magnésium et le phosphore.
  • Riche en antioxydants qui aident à lutter contre les radicaux libres et en flavonoïdes qui diminuent les risques de cancers et ont des effets bénéfiques contre les maladies cardio-vasculaires et respiratoires et le diabète de type II.
  • Détoxifiante, elle favorise l’élimination des toxines.

pommes, à déguster sans modération

Mieux vaut la consommer avec sa peau car elle contient plus d’antioxydants et de flavonoïdes que la chair ainsi que des triterpènes que ne possède pas la chair. Ceux-ci auraient des propriétés anti-inflammatoires, antivirales et anticancéreuses.

Ses bienfaits pour la peau


En cosmétique naturelles la pomme est souvent utilisée. On la trouve sous 3 formes :
  • l’eau végétale de pomme (eau constituante de la pomme), remplie de sels minéraux et de vitamines, qui accélère le processus de renouvellement cellulaire.
  • l’huile de pépin de pomme, rare et chère, contient beaucoup d’acide linoléique (composant du sébum), ainsi que de la vitamine E. Elle nourrit, hydrate et revitalise la peau. Grâce à ses polyphénols, elle permet de lutter contre le vieillissement de la peau.
  • l’extrait aromatique de pomme (sous forme de poudre), riche en triterpènes, vitamines E et phytostérols. Ils permettent de stimuler le processus de régénération de la peau, d’affiner et de tonifier le grain de peau et d’estomper les rides.

Le jus de pomme ou le vinaigre de pommes sont souvent utilisés dans les soins capillaires afin de redonner brillance et force aux cheveux. On trouve également des cosmétiques aromatisés à la pomme, et qui ont pour seul atout, le plaisir olfactif.


pommes : une multitude de variétés et de bienfaits

Quelques cosmétiques à la pomme




Une petite sélection de cosmétiques bio à base de pomme :
  • Gommage aux pépins de pomme bio de chez Nature et Découverte
  • Huile légère Originelle de Pomarium
  • Crème riche jeunesse de Efibio
  • Gel douche Pomme de Reinette de Arôma
  • Baume fondant et apaisant de IsB

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...