mercredi 13 juin 2012

la rhubarbe, bienfaisante


pétioles de rhubarbe


Cette plante, typiquement printanière, va bientôt nous fournir ses dernières tiges, à moins que vous figuriez parmi les chanceux qui pourront profiter d’une 2ème repousse en août ou en septembre. Ses tiges acidulées, qui peuvent en laisser perplexes certains, en inspirent d’autres qui rivalisent de bonnes idées pour la cuisiner.

Généralités sur la rhubarbe


La rhubarbe est une plante de la famille des Polygonacées (sarrasin ou oseille) qui pousse dans les régions tempérées. Originaire d’Asie, son utilisation était surtout médicinale et seule la racine était exploitée. Elle n’a été cuisinée qu’à partir du XVIIIème siècle. Il existe différentes variétés allant du vert au rouge en passant par le rose.

Il s’agit d’un légume mais qui est très souvent cuisiné comme un fruit. Seuls les pétioles (ou tiges) sont consommées. Les feuilles sont toxiques car elles contiennent une forte teneur en acide oxalique pouvant entrainer des dysfonctionnements sanguins et rénaux. D’ailleurs les personnes souffrant de problèmes cardiovasculaires, de calculs rénaux, d’arthrite ou d’hémorroïdes doivent limiter leur consommation au maximum. Elle déconseillée pour les femmes enceintes et allaitantes.

Bienfaits de la rhubarbe


Constituées essentiellement d’eau, la rhubarbe est très peu calorique. Riche en vitamine C et vitamine K elle est stimulante et  antianémique.

Sa richesse en fibres (pectine, cellulose) permet de diminuer le mauvais cholestérol et améliore le transit intestinal. Elle possède des vertus anti-inflammatoires notamment des muqueuses buccales ou du foie.

La rhubarbe apporte également des minéraux comme le potassium ou le phosphore mais aussi le magnésium et le calcium. Elle est riche en antioxydants (tanins et polyphénols) qui permettent de lutter contre les radicaux libres.

Utilisations de la rhubarbe


Rhubarbe
En phytothérapie, c’est souvent la racine qui est utilisée pour ses vertus laxatives. La confiture ou la compote de rhubarbe permet de lutter contre la constipation. La rhubarbe en infusion soulage les aphtes ou les gingivites.

En cuisine, ce sont les tiges qui font le bonheur des plus créatifs. Elles se conservent plusieurs jours au réfrigérateur et supportent la congélation. La rhubarbe se cuisine aisément en crumble, tartes, mousse, crème, confiture, compote, sorbet… On peut l’associer à de nombreux fruits, souvent dans le but d’atténuer son acidité sans pour autant trop sucrer. Certains la consomme crue, roulée dans du sucre ou du sel, d’autres la cuisinent en version salée. Elle peut ainsi accompagner viandes et poissons et entrer dans la composition des tajines, taboulés, chutney…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...