Affichage des articles dont le libellé est Bien-être. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Bien-être. Afficher tous les articles

vendredi 18 janvier 2013

Les solutions naturelles contre la cellulite

cellulite et capitons

La cellulite est une accumulation de cellules graisseuses sous la peau et qui est responsable de l’aspect peau d’orange. Il existe des solutions douces et naturelles pour atténuer ces fameux capitons.

L’alimentation

L’alimentation peut être un facteur aggravant de la cellulite. La consommation régulière de certains fruits ou légumes pour aider à éliminer les amas graisseux, en effet :
  • le poireau, le chou ou le melon permettent de lutter contre la rétention d’eau,
  • l’oignon et le poivron sont diurétiques,
  • le céleri branche empêche le stockage des graisses,
  • le thé vert est antioxydant et diurétique,
  • la papaye, les agrumes, les poires et les asperges sont détoxifiantes,
  • l’avocat et les haricots apportent des fibres,
  • les bananes stimulent la circulation sanguine,
  • le brocoli aide à lutter contre le durcissement des graisses (capitons),
  • l’ananas est anti-inflammatoire et drainant.


Du côté des protéines, on préférera les viandes maigres, les poissons et les légumes secs. 

Les massages

Le massage de l’épiderme favorise l’élimination des toxines car il stimule la circulation. La fameuse technique du palper/rouler a fait ses preuves. Réalisé matin et soir, ce massage est efficace pour éliminer les toxines et stimuler la circulation lymphatique.
Pour ce faire, certaines huiles végétales sont recommandées :
Les huiles d’abricot, de noisette, de sésame, de macadamia ou de soja pourront leur être associées car elles pénètrent rapidement.

Du côté des huiles essentielles, on pourra se tourner vers :
  • l’huile essentielle de citron, fluidifiante,
  • l’huile essentielle de lavande ou de genièvre, diurétique,
  • l’huile essentielle de pamplemousse, décongestionnante,
  • l’huile essentielle de cannelle, stimulante,
  • l’huile essentielle de romarin, lypolitique,
  • l’huile essentielle de cèdre, drainante.


Les plantes drainantes


Certaines plantes peuvent également aider dans le traitement de la cellulite. Elles s’utilisent souvent en cure, sous forme de tisanes ou d’infusion : l’hamamélis, la vigne rouge, le fucus, le pissenlit, le bouleau, le cassis, le sureau, la prêle des champs, la camomille, l’artichaut, les queues de cerises, le tilleul, le thym et les feuilles de lierre ou le rhassoul en cataplasme.

Le thé vert bien sûr est un excellent drainant des tissus, sans oublier son rôle d’antioxydant. L’argile, appliquée en cataplasme et additionnée d’huiles essentielles est efficace pour drainer, stimuler et reminéraliser les zones graisseuses.

Quelques bons gestes


Tout ceci doit s’accompagner de quelques règles de vie saine et de bons gestes :
  • pratiquer une activité physique régulière : natation, marche à pied, vélo,
  • boire 1,5 à 2l d’eau par jour tout au long de la journée,
  • réduire ses apports en glucides et lipides (mauvaises graisses),
  • éviter les excitants : alcool , tabac, caféine,
  • réduire l’apport en sel pour lutter contre la rétention d’eau,
  • terminer la douche par un jet d’eau fraîche pour stimuler la circulation.




jeudi 3 janvier 2013

L'amande, un aliment sain

Amande

Avec l’épiphanie ce week-end, voilà l’occasion de s’intéresser à l’amande, ingrédient incontournable de la frangipane qui garnit souvent la galette des rois. Mais l’amande ce n’est pas que cela et elle mérite vraiment qu'on s’attarde sur elle.

Origine et histoire de l’amande


L’amande est le fruit de l’amandier, un arbre de la grande famille des Rosacées (pomme, poire, cerise, framboise, abricot, pêche...). C’est une graine oléagineuse. Si elle est originaire d’Asie, l’amande est désormais cultivée un peu partout dans le monde. Les 1ers producteurs sont les Etats-Unis, loin devant la Syrie, l’Iran ou l’Espagne. On dénombre une cinquantaine de variétés différentes.

Il existe l’amande amère, amande sauvage et l’amande douce, domestiquée depuis des millénaires. L’amande amère est toxique à forte dose à cause de l’acide cyanhydrique qu’elle contient. Mais on peut l’utiliser en petite quantité dans les pâtisseries.

Composition de l’amande


L’amande est plutôt calorique puisqu’elle affiche 590kcal pour 100g. Elle apporte des glucides et des lipides mais c’est surtout son apport en protéines qui est intéressant notamment pour les végétariens. Elle est très riche en minéraux comme le calcium, le magnésium, le phosphore, le potassium, le zinc et le fer. Elle apporte de la vitamine B2, qui agit sur les cellules, et de la vitamine E, antioxydant naturel. Elle contient beaucoup de fibres qui permettent de réguler le transit et elle apporte des oméga 6. La présence de phytostérols dans l’amande permet de diminuer l’absorption de cholestérol par les intestins.

L’amande apporte donc beaucoup d’énergie à l’organisme sans qu’il soit nécessaire d’en consommer beaucoup. Attention tout de même à choisir des amandes grillées à secs ou séchées plutôt que des amandes grillées à l’huile ou salées qui sont beaucoup moins intéressante sur le plan nutritif.

Bienfaits de l’amande


Consommer des amandes de manière journalière permet d’agir sur le taux de mauvais cholestérol sanguin et d’augmenter le potentiel antioxydant de notre organisme. Elles peuvent diminuer les risques de problèmes cardio-vasculaires, de diabète ou de calculs biliaires et abaisser la tension sanguine.

Malgré leur richesse calorique, elles n’entrainent pas de prise de poids, consommées avec modération. Elles permettraient même d’équilibrer spontanéement les besoins nutritionnelles des consommateurs réguliers. Sa richesse en minéraux en fait un allié de notre organisme, car ils agissent de manière bénéfique dans nombre de processus métaboliques et contre les radicaux libres.

L’amande faisant partie des fruits à coque peut être source d’allergie. 


Usages de l’amande


On trouve l’amande sous diverse formes : entière, mondée, grillée, effilée, en pâte, en crème, en lait ou en poudre. Elle entre dans la fabrication de nombreux desserts, biscuits, bonbons : macarons, dragées, tuiles, pralines, nougat, calissons, frangipane... Elle peut se manger fraîche, encore dans le fruit. Elle accompagne souvent des plats salés comme les poissons, le poulet, le couscous ou les légumes.

L’amande entre dans la fabrication du sirop d’orgeat. L’huile d’amande douce est extraite du noyau et est très utilisée en cosmétique mais aussi comme léger laxatif. Elle peut s’utiliser en cuisine. Le lait d’amande est également très répandu et sert d’alternative au lait de vache depuis des siècles. L’amande peut également se décliner sous forme de beurre ou de purée.




vendredi 19 octobre 2012

Gommage naturel : comment s'y prendre?



Facile à réaliser avec quelques produits très simples, le gommage naturel est un geste parfois oublié qui permet à la peau de se débarrasser de ses impuretés. Pour tout découvrir ou redécouvrir du gommage voici 4 questions qui font le tour de ce soin indispensable pour une belle peau.

Pourquoi gommer sa peau ?


Le gommage exfolie et débarrasse la peau de ses impuretés. Il rend la peau douce et souple, bien plus réceptive aux soins cosmétiques. Il stimule la circulation, uniformise le bronzage et le magnifie. Le gommage permet de limiter l’incarnation des poils.

Quand réaliser un gommage ?


Le gommage se réalise une à deux fois par semaine maximum, sinon il finira par agresser la peau. Il se révèle très utile avant ou après l’exposition au soleil pour unifier le bronzage. Le gommage peut se pratiquer un ou deux jours avant l’épilation afin d’extraire les poils sous la peau.

Comment réaliser un gommage ?


Le gommage se réalise sur une peau humide avec de légers mouvements circulaires pas trop appuyés. Il se rince à l’eau tiède. Certaines zones plus sujette à l’accumulation de peaux mortes et d’impuretés que sont les coudes, les genoux, la plante des pieds et les talons méritent de s’y attarder plus longuement. Pour parfaire le gommage, un soin hydratant peut être appliqué à sa suite.

En revanche, les zones sensibles que sont le contour des yeux, la bouche ou les parties génitales ne doivent pas être gommées. La poitrine demande également beaucoup plus de douceur et de précaution en évitant les gommages trop agressifs. Le cou et les mains sont des zones souvent oubliées.

Quels produits dans mon gommage naturel ?


Pour fabriquer votre gommage naturel, il vous faudra 3 ingrédients principaux :
  1. un exfoliant pour l’effet gommant. Les plus couramment utilisés sont le sel ou le sucre. Le sel est un exfoliant plus agressif. Il convient bien pour les zones résistantes (genoux, talons, coudes…) mais est à éviter pour les peaux trop sèches, sensibles ou fragiles. Le sucre blanc ou roux permet d’éliminer les peaux mortes et d’éclaircir le teint. D’autres exfoliant peuvent être utilisés : la noix de coco pour son effet apaisant et assouplissant, l’argile, purifiante et nettoyante, le son ou la farine d’avoine, régénérant et adoucissant, la marc de café contre la cellulite, l’écorce d’orange réduite en petits morceaux tonifiante, la poudre d’amande aux vertus adoucissantes.
  2. un hydratant pour nourrir la peau et donner une texture plus douce à votre soin: il peut s’agir d’une huile végétale, souvent l’huile de jojoba, d’amande douce, d’argan, d’olive ou de noix de coco. Mais on peut tout à fait utiliser un yaourt, de la crème, du lait, du miel ou de l’eau minérale.
  3. un actif pour intensifier le gommage : les huiles essentielles peuvent permettre de drainer et favoriser l’élimination des toxines. Les plus utilisées sont l’huile essentielle de pamplemousse, anti-capitons, l’huile essentielle de citron, drainante et activatrice de la microcirculation, l’huile essentielle de cannelle, tonique et stimulante, l’huile essentielle de menthe poivrée, rafraichissante et tonique, l’huile essentielle de romarin tonique, anticellulite et antiride, l’huile essentielle de lavande, calmante et cicatrisante. On peut aussi ajouter des actifs naturels comme de la vanille, nourrissante et adoucissante ou du citron astringent. Les fruits mixés (poire, pomme, fruits rouges, concombre) constituent également des actifs de choix.

Astuces pour les pressées : on peut ajouter directement au gel douche habituel du sel ou du sucre. Pour le visage, il suffit d’additionner du sucre en poudre, de la poudre d’amande, de la noix de coco râpée ou de la farine d’avoine à son démaquillant et le tour est joué. 


mercredi 21 mars 2012

Cernes, poches : les solutions naturelles


cernes et poches : comment les éliminer?
Les cernes sont dus à une mauvaise circulation sanguine et lymphatique pendant la phase de sommeil. La peau du contour des yeux est très fine et fragile, c’est pourquoi cette partie se gonfle et se colore plus facilement que le reste du visage. L’origine des cernes peut être diverse : hérédité, stress, anxiété, pollution ou fatigue.

Je vous propose un petit tour d’horizon des solutions naturelles pour venir à bout des cernes et des poches sous les yeux.

L’hygiène de vie


On le sait l’hygiène de vie est pour beaucoup dans l’éclat du teint. Pour éviter ou tout au moins diminuer les cernes qui donnent si mauvaise mine, il faut respecter quelques règles de bien-être : limiter sa consommation de tabac ou d’alcool, manger équilibré, s’aérer, avoir une activité sportive et bien dormir.

On peut envisager une action dépurative à l’aide d’une tisane, pour drainer et éliminer les toxines. Le démaquillage à l’aide d’hydrolat de bleuet ou de camomille peut également jouer un rôle dans la diminution des cernes.

Les remèdes de grand-mère


Pour dégonfler les poches sous les yeux et faire disparaître les cernes, il existe différentes recettes de grand-mère à tester. Dans tous les cas, il suffit d’appliquer, au choix, pendant plusieurs minutes :
  • des sachets ou des compresses d’infusions de camomille (apaisante) ou de thé vert (antioxydant) infusé et refroidi.
  • un glaçon, entouré d’un linge pour dégonfler les yeux et leur contour. Mais son efficacité est limitée dans le temps (environ une demi-heure). Cela fonctionne également avec 2 cuillères en métal placées au préalable au congélateur.
  • du marc de café sur le contour des yeux. Le café est décongestionnant.
  • des rondelles de concombre ou du concombre haché. Hydratant, il stimule la circulation sanguine.
  • des compresses de miel dilué dans de l’eau tiède.
  • des tranches de pomme de terre crue. La pomme de terre active la circulation du sang.
  • une figue coupée en 2 (défatigante)
  • des compresses de lait froid, décongestionnant et hydratant.


Les solutions naturels


Les solutions anti-cernes au naturel sont nombreuses :
  • L’Aloé Vera : très nutritive, elle est riche en minéraux et vitamines. L’Aloé Vera hydrate et régénère la peau. On utilise sa pulpe.
  • Parmi les Eaux Florales, on pourra choisir :
  1. la camomille qui apaise et atténue les cernes,
  2. le bleuet qui diminue les signes de fatigue et redonne de l’éclat au teint,
  3. la rose, astringente et qui agit contre les yeux gonflés ou bouffis,
  4. l’hamamélis qui apaise les peaux sensibles,
  5. l’Immortelle qui active la microcirculation.
  • Parmi les huiles végétales, on préférera les huiles qui stimulent la circulation sanguine comme l’huile végétale de son de riz, de Carthame, de Calophylle ou de macadamia. L’huile d’olive additionnée de citron est également un bon décongestionnant. Appliquées en massage circulaire et en tapotant le contour de l’œil avec le doigt, les huiles végétales d’amande douce ou de rose musquée donnent de bons résultats contre les cernes.
  • En ce qui concerne les huiles essentielles, on retiendra l’huile essentielle de Basilic, tonifiante, l’huile essentielle de Romarin, drainante et tonifiante, l’huile essentielle d’Immortelle, réparatrice et fluidifiante ou l’huile essentielle de Camomille, apaisante.


Comment camoufler les cernes?


Les cosmétiques proposent désormais de bonnes solutions en matière de cernes. Un maquillage dans les règles de l’art camouflera ainsi ces cernes si disgracieux. On peut appliquer une base correctrice anticernes qui aura un effet bonne mine.

Il existe aussi de nombreux anti-cernes, souvent teintés, qui masqueront la coloration des cernes. Il est conseillé de le choisir une ton plus clair que son fond de teint.

Les crèmes ou les gels pour le contour des yeux sont à utiliser en complément du maquillage. Il s’applique plutôt le soir et active la circulation sanguine du contour de l’œil. Ils ont un effet décongestionnant et dégonflent les poches tout en tonifiant cette zone si fragile. Quelques exemples :
  • Gel contour des yeux de Plantesystem au bleuet et à l’arnica,
  • Gel crème contour des yeux bio tenseur anti-poches et anticernes de Melvita au bleuet, à la camomille et au Néroli
  • Gel contour des yeux « Nouveau Regard » anti-âge, anticernes bio de Botane, au ciste, au bleuet et à la camomille.
  • Gel au concombre pur anticernes bio Cucum White Brihans, au jus de concombre.
  • Soin contour des yeux de Nuxe Bio au dérivé de sucre de betterave et de maïs, à la myrtille et à la clémentine.
  • Contour des yeux anti-poches hydratant de Sanoflore au bleuet et au réglisse.




vendredi 16 mars 2012

le savon noir


Le savon noir existe sous deux formes : une pâte molle ou un liquide. Dans les deux cas, il s’agit d’un produit naturel, biodégradable. On peut utiliser le savon noir en cosmétique mais aussi pour l’entretien de la maison.


En cosmétique


savon noir pateux
En cosmétique, on utilise le savon noir sous sa forme pâteuse. Il ne s’agit pas d’un savon malgré son appellation mais d’un exfoliant naturel, originaire du Maghreb. Il agit en profondeur, éliminant les peaux mortes et les impuretés. Il est composé de potasse, d’huile d’olive et d’olives noires macérées puis broyées.

Cette pâte, de couleur brune, est plutôt souple. Le savon noir  ne mousse quasiment pas. Il est riche en Vitamine E, régénérante et antioxydante. Il apaise, adoucie, nettoie, purifie, nourrit et raffermit la peau. Il active la régénération des cellules et évacue les toxines. Il est non irritant et convient à tous les types de peau. On peut l’appliquer aussi bien sur le corps que sur le visage en évitant tout de même le contour des yeux et des lèvres.

Son utilisation est souvent couplée avec un gant de Kessa. Il est conseillé d’appliquer à la main, le savon noir en faisant de petits cercles puis de laisser agir quelques minutes. On peut ensuite rincer à l’eau et terminer de petits cercles avec le gant de Kessa.

En produit d’entretien


savon noir liquide
En tant que produit d’entretien, on fera appel à sa forme liquide ou pâteuse, en fonction de son utilisation. Et les applications du savon noir dans la maison sont nombreuses :
  • Laver les sols (parquets, carrelage, lino…), les tomettes ou le marbre,
  • Nettoyer et dégraisser le four, les plaques de gaz ou vitrocéramiques 
  • Nettoyer le linge, additionné de cristaux de soude ou enlever les tâches de graisse,
  • Laver les vitres, la hotte aspirante,
  • Nettoyer les sanitaires,
  • Entretenir les cuirs (sacs, chaussures ou vestes), le cuivre, l’argenterie.


Il est utilisé parfois dans le jardin comme répulsif des pucerons ou des chenilles.

On trouve le savon noir assez facilement, surtout sous sa forme liquide. Toutefois un prix trop faible indique souvent un savon noir de qualité moindre et additionné de produits chimiques.


mercredi 14 mars 2012

Qu'est-ce que la luminothérapie?

lampe pour luminothérapie

On entend beaucoup parler de la luminothérapie. J’ai voulu en savoir un peu plus sur le sujet et surtout avoir une idée de son efficacité. Je vous propose donc un article pour faire le tour de la question.

Qu’est-ce que la luminothérapie ?


Il s’agit d’une médecine douce dont le principe consiste à s’exposer quotidiennement à une lampe qui reproduit la lumière naturelle. C’est une lumière blanche à large spectre, proche de la lumière du soleil. En hiver, le taux d’ensoleillement est faible et la luminothérapie permet de combler ce manque de lumière. Le traitement peut se faire à la maison ou en clinique. Certaines cures thermales la proposent même dans leur gamme de soins. On trouve facilement des lampes dans les magasins de luminaires, en pharmacie ou chez les vendeurs de produits orthopédiques

Comment agit la luminothérapie ?


Son mode de fonctionnement est assez simple. La lumière diffusée, proche de celle du soleil, est captée par la rétine qui envoie au corps un signal permettant de diminuer la sécrétion de mélatonine et d’augmenter celle de la sérotonine. Mais à quoi servent ces molécules ?
  • La mélatonine régule le sommeil : c’est elle qui envoie les signaux de l’endormissement (bâillement, paupières lourdes, yeux qui picotent). Elle joue un rôle dans la qualité du sommeil, la détente. Sa sécrétion est bloquée par la lumière.
  • La sérotonine est un régulateur du système nerveux, de la douleur, de l’humeur, de la température corporelle, du sommeil ou encore de la satiété. Sa sécrétion est amplifiée par la lumière.

Les personnes souffrant de dépression ou d’insomnie présentent des dysfonctionnements dans la sécrétion de ces substances. Ce type de traitement efficace est connu depuis très longtemps mais a peiné à être reconnu comme thérapeutique. C’est seulement depuis une dizaine d’année qu’elle est développée en traitement de la dépression saisonnière ou des insomnies

Dans quels cas utiliser la luminothérapie ?


La luminothérapie n’est pas d’un traitement curatif. Elle permet de soulager les maux de certaines affections :
  • La dépression : surtout recommandée en cas de dépression saisonnière induite par le manque de temps d’ensoleillement hivernal, la luminothérapie peut s’étendre également à la dépression chronique, au baby blues ou la dépression post-natale.
  • Les troubles du sommeil tels que les insomnies, le travail de nuit, le jet-lag ou tout autre dérèglement du sommeil. La maladie d’Alzheimer ou la démence sénile provoquent des dysfonctionnements des cycles de sommeil qui peuvent être améliorés par luminothérapie.
  • La fatigue chronique qui peut entrainer des difficultés de concentration ou la fatigue liée à des maladies comme Parkinson ou la sclérose en plaques.
  • Les dysfonctionnements alimentaires : boulimie, anorexie, surpoids ou obésité peuvent trouver une aide complémentaire dans la luminothérapie pour le rétablissement d’un équilibre alimentaire. Elle peut être aussi utilisée en complément d’un traitement de sevrage alcoolique.
  • Les douleurs articulaires que peuvent provoquer l’arthrite, l’arthrose, l’ostéoporose ou les rhumatismes.
  • Le traitement de certains problèmes de peau liés au manque de soleil comme le psoriasis ou l’acné.

De façon plus générale, la luminothérapie permet de rééquilibrer le rythme naturel de l’organisme. Elle améliore la bonne forme physique et la réactivité.

Comment choisir sa lampe de luminothérapie ?


Une lampe ne doit pas émettre d’Ultraviolets ou d’Infrarouges. Il faut compter environ 200 euros pour une bonne lampe. Elle doit répondre aux exigences de la norme CE médical 93/42/CEE. Il en existe de différentes formes et cela n’interfère pas avec leur efficacité.

L’apparition récente de lampes à diodes électroluminescente, moins chère est à prendre avec prudence. En effet la lumière bleue qu’elle diffuse semble être plus agressive pour l’œil et pourrait causer des dommages à long terme.

Quel temps d’exposition ?



On compte une durée d’exposition de 30 minutes avec une lampe d’intensité 10000 lux. Si l’intensité est plus faible, il faudra allonger le temps d’exposition. De même l’intensité diminue avec l’éloignement et donc le temps d’exposition s’en trouve rallongé également.

L’exposition se fera de préférence le matin, aux alentours du petit déjeuner. Mais l’exposition peut être décalée dans la journée pour les personnes souffrant par exemple d’endormissement prématuré (vers 17 ou 18h et causé par les décalages horaires par exemple) afin de retarder l’heure du coucher.
Le champ lumineux doit être assez grand et il est possible d’avoir une activité comme la lecture, le travail, prendre un repas…, il suffit de s’exposer face à la lampe sans pour autant la fixer.

Contre-indications et effets secondaires


La luminothérapie est déconseillée aux personnes souffrant de problèmes oculaires (cataracte, glaucome, rétinite, DMLA).  ou de certains troubles psychologiques (autisme, paranoïa, schizophrénie, bipolarité…). De manière générale, il est préférable de demander l’avis à son médecin traitant.

Il s’agit d’une lumière dépourvue d’infrarouges ou d’ultraviolets et qui est donc sans danger. Il n’est pas recommandé de s’exposer le soir afin d’éviter les insomnies. Très peu d’effets secondaires ont été signalés, mis à part quelques maux de tête ou insomnies parfois en début de traitement.


mercredi 29 février 2012

Faire ses cosmétiques maison



Faire ses cosmétiques


Dans la quête du naturel ou du bien-être, la fabrication de ses cosmétiques peut être une bonne solution. En effet les cosmétiques ordinaires n’offrent souvent pas satisfaction avec la présence de certains composants « douteux » et les produits de beauté bio ne sont pas toujours très bon marché. Aujourd’hui le home made fait un boom et la cosmétique n’échappe pas à cette vague. Les sites proposant recettes, astuces et matières premières fleurissent sur la toile. Mais quel est l’intérêt de faire ses produits de beauté maison?

Le retour du naturel

L’avantage premier c’est l’assurance d’utiliser des produits sains et naturels. Issus des plantes, des fleurs, des feuilles, des racines, ces ingrédients ne comportent ni conservateurs, ni arômes artificiels, ni parabène, ni dérivés du pétrole et autres ingrédients chimiques nocifs pour la peau, le corps ou l’environnement.

De cette manière, vous maitriser parfaitement vos compositions de produits en sélectionnant les meilleures matières premières. Pour cela, bien lire les étiquettes et choisir des produits naturels ou bio, sains, purs est  primordial.

Des produits personnalisés

Faire ses cosmétiques, c’est adapter ses soins à son type de peau : sensible, mixte, grasse, sèche... Vous pouvez également traiter les affections de la peau comme l’acné, le psoriasis, les vergetures, l’eczéma.
C’est aussi laisser libre court à ses envies, à ses humeurs. On pourra ainsi choisir des notes fruitées et rafraichissantes l’été (agrumes, abricots, rose, jasmin…) et des senteurs plus chaudes en hiver (cèdre, romarin, musc, santal…). Vous pourrez également choisir votre texture préférée, vos composants et faire évoluer vos compositions en fonction de vos préférences et de votre peau.

Des recettes simples

crème, baume de soin maison
Les recettes de fabrication de cosmétiques maison sont simples à mettre en œuvre. Bien souvent quelques ingrédients suffisent. Pour un peu plus de 50€, vous pourrez vous équiper en matériel (spatule, flacons, bols, balance, éprouvette…).
Et pour vous aider, il existe des ateliers d’initiation, des vidéos sur internet, des livres et des idées recettes sur de nombreux blogs beauté ou cosmétiques naturels. Les marchands en ligne de produits naturels sont souvent une mine d’or en matière d’exemple de recettes et de conseils.

L’effet DIY

C’est la satisfaction de faire ses produits par soi-même et de faire appel à son imagination et sa créativité. Cela peut devenir un véritable passe-temps. Et pour aller plus loin, on peut customiser ses flacons et autres contenants avec de jolies étiquettes, des nœuds, des fleurs… et personnaliser ses produits au maximum dans le but de se faire plaisir.

Le prix

La fabrication de cosmétiques maison permettra d’obtenir des cosmétiques à faible coût en déclinant une gamme de produit adaptée à votre peau. Une fois l’investissement de départ, comprenant les ingrédients de base (1 ou 2 huiles végétales, un beurre végétal, un hydrolat, quelques huiles essentielles, un conservateur, un antioxydant, un émulsifiant…) réalisé, vous pourrez compléter et renouveler votre gamme petit à petit. Votre budget cosmétique peut alors diminuer de 50%.
Si vous voulez réaliser des économies, il est important également de modérer ses achats et de se tenir à quelques composants. Vous pouvez également piocher dans vos ingrédients de cuisine (miel, laits végétaux, fruits et légumes, thé…). Dans un premier temps, mieux vaut choisir des recettes simples à réaliser avec des ingrédients peu couteux car il peut y avoir des « ratés ».

L’efficacité

Les produits naturels sont souvent plus efficaces du fait qu’ils sont plus concentrés que les cosmétiques industrielles. En effet, ces dernières contiennent des quantités infimes d’actifs, et beaucoup d’eau afin d’optimiser les coûts et la faisabilité. Dans les cosmétiques « home made », on utilise des actifs purs, des hydrolats dont les bienfaits sont reconnus.

Et les inconvénients ?

Même si leur réalisation est simple, faire ses cosmétiques soi-même suppose de prendre quelques précautions:
  • respecter des règles d’hygiène stricte : se laver les mains, désinfecter son matériel, surveiller le moindre changement d’aspect ou d’odeur,
  • se documenter sur les produits utilisés, déterminer ceux adaptés à notre type peau,
  • tester les produits (avec un essai dans le pli du coude pendant un jour ou deux) avant de les appliquer sur tout le corps car les produits naturels peuvent entraîner des allergies ou des réactions cutanées.
  • se renseigner sur la dangerosité de certains produits (huiles essentielles, poudre volatile, alcool…)
  • bien étiqueter ses pots et ses flacons (contenu, date de péremption) et les tenir hors de portée des enfants

Notons également que faire ses cosmétiques demande une implication en temps et en d’argent (pour l’investissement de départ). La conservation est bien plus courte que pour les produits industriels et nécessitera que vous fassiez un peu de place dans votre frigo.

Pour aller plus loin : ce qu'il vaut mieux éviter dans les cosmétiques partie1 - partie2 - partie3


mardi 18 octobre 2011

Laits végétaux : une alternative au lait de vache


Les laits végétaux séduisent de plus en plus de consommateurs. La digestion du lait de vache est difficile pour une part grandissante de la population (presque 25% des adultes). Les laits végétaux peuvent donc présenter une bonne alternative.
lait de vache ou lait végétal?

Quels sont-ils ?


Les plus connus


Les plus courants sont les laits de soja, de riz ou d’amandes. On les trouve désormais facilement en grandes surfaces ou dans les magasins bio. Ils se présentent sous forme de brique ou sous forme de poudre à diluer dans de l’eau.
Le lait de soja ou le lait de riz se déclinent désormais sous différentes formes : aromatisé, enrichi en calcium, de croissance, desserts sucrés, crème végétale…

Les autres


On trouve également des laits de noisettes, noix de coco, pistaches, châtaignes, courge, sésames, tournesol, pois chiche, blé, cacahuètes, quinoa, avoine, orgeat… Ils sont plus rares et plus difficiles à trouver. Mais on peut les fabriquer soi-même en extrayant leur « jus » en les faisant bouillir dans de l’eau puis en filtrant le jus.

Leurs avantages


Les laits végétaux ne contiennent pas de lactose, responsable de l’intolérance au lait de vache.
Ils contiennent :
  • des vitamines et des minéraux nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme,
  • des oligo-éléments, qui jouent un rôle dans le renouvellement cellulaire ou le système immunitaire,
  • des acides aminés essentiels, non synthétisés par le corps et qui interviennent dans de nombreux domaines (structurel, immunitaire, enzymatique, hormonal, respiratoire…)
  • des acides gras essentiels, indispensables pour le renouvellement cellulaire et le système nerveux.

Souvent sucrés naturellement, les laits végétaux ont des goûts plus ou moins différents. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles saveurs. Ils se cuisinent bien mais ne permettent néanmoins pas de fabriquer des yaourts faits maison.

Et l’apport en calcium ?


Certains laits végétaux sont naturellement riches en calcium comme les laits d’amandes ou de châtaignes. On trouve maintenant du lait de soja ou de riz enrichi en calcium.

Le lait de vache n’est pas le seul aliment qui puisse apporter du calcium. On trouve du calcium dans les légumes secs (haricots rouges ou blancs), les légumes frais (brocoli, fenouil, cresson, épinard) ou les fruits qu’ils soient secs (amande, noix, datte, figue, raisin) ou frais comme les fruits rouges notamment le cassis, la figue fraîche, l’orange. On en trouve aussi dans de nombreux poissons ou crustacés (moule, coquilles St Jacques, bar, sole, crevette, perche, truite).

Les laits de brebis, d’ânesse, de chèvre, de jument, de bufflone… et leurs fromages sont autant de laits plus faciles à digérer qui apportent également du calcium.


mercredi 7 septembre 2011

le savon d'Alep, entièrement naturel

le savon d'Alep

On parle beaucoup de lui depuis quelques temps mais savez-vous ce qu’est véritablement le savon d’Alep ? Après son origine et ses bienfaits, découvrez comment reconnaître un vrai savon d’Alep et comment le choisir en fonction de votre type de peau.

Son origine


Le savon d’Alep tient son nom de la ville dans laquelle il a été produit à l’origine et qui se trouve en Syrie. Sa fabrication est ancestrale. C’est un mélange d’huile d’olive de 2ème pression à froid, de soude végétale, d’eau et d’huile de baies de laurier (obtenue à partir du fruit). La pâte obtenue est étalée puis coupée en cube, une fois durcie. Les pains ainsi obtenus sont ensuite laissés dans un local de séchage pendant une année.

Ses bienfaits


C’est un savon surgras. Il maintient l’équilibre de la peau la laissant respirer et est idéal pour les peaux sensibles. Il est hypoallergénique. C’est un savon entièrement naturel, sans graisse animal, sans produits chimiques, sans colorant ou parfum. Il est 100% biodégradable.
L’huile d’olive possède des qualités nourrissantes tandis que l’huile de baie de laurier est désinfectante et antiseptique. Il est utilisé pour certaines affections de la peau : eczéma, acné, psoriasis, mycoses…
Il peut aussi être utilisé comme shampoing (pour traiter les pellicules), en masque pour le visage, mousse à raser, pour les bébés ou pour nettoyer les piqures d’insectes.

Comment reconnaitre un véritable savon d’Alep ?


Sa principale caractéristique est qu’il flotte dans l’eau.  Il produit peu de mousse. Il est brun marron à l’extérieur et vert à l’intérieur. Il porte un sceau de fabrication sur 2 faces.
Certaines contrefaçons introduisent de l’huile de palme bien meilleure marché pour diminuer le coût. Le savon d’Alep, de part la qualité de ses ingrédients et sa technique de fabrication, n’est pas bon marché (à partir de 3,50€ environ le pain de 200g à 5% d’huile de laurier pour le moins cher).
Le savon d’Alep existe sous forme liquide mais n’offre pas les mêmes garanties que le savon en pain.

Que signifie le pourcentage ?


Ce pourcentage représente la proportion d’huile de baie de laurier présente dans le savon. On trouve des savons d’Alep à 5%, 15%, 20%, 25%, 30%, 35% ou même 40% au-delà le savon ne se solidifie plus. Si vous avez des problèmes de peaux, vous choisirez un pourcentage élevé. Une peau sèche préférera un savon d’Alep à plus faible teneur en huile de baie de laurier (5% ou 15%). Si vous n’avez pas de problème de peau particulier, un pourcentage entre 15% et 35% vous conviendra. Plus le pourcentage en huile de baie de laurier sera élevé, plus le savon d’Alep sera cher. En revanche il sera plus doux et plus odorant.


lundi 8 août 2011

La noix de coco dans tous ses états

huile de coco vierge

Pour profiter de tous les bienfaits de la noix de coco, voici différentes manières de la consommer :

Fraîche : pour les chanceux qui partent sous les tropiques, la dégustation de la noix de coco fraîche est à découvrir. Vous trouverez des vendeurs près des plages ou des sites touristiques. En 3 coups de machette, ils vous ouvrent la noix de coco dans laquelle ils vous glissent une paille et vous n’avez plus qu’à déguster l’eau de coco. Vous pourrez ensuite manger la pulpe fraîche.

Séchée et râpée, elle est très utilisée en cuisine notamment pour la confection des desserts.
L’eau de coco se rapproche du plasma humain dans sa composition. Elle est peu calorique et rafraîchissante. C’est une boisson idéale pour la récupération des sportifs. On la trouve désormais en brique dans les magasins bio.

Le lait de coco est un produit dérivé de la noix de coco obtenu après ajout d’eau bouillante à la pulpe de noix de coco. On l’utilise en cuisine dans les desserts, les smoothies, les cocktails, les plats de viande ou de crustacées, le riz…

La crème de coco est obtenue en plongeant la pulpe dans du lait bouillant. Elle est utilisée en cuisine comme le lait de coco.

Le sucre de coco est obtenu à partir de la sève du cocotier. Sous forme de poudre, le sucre de noix de coco est brun. Il a un indice glycémique bas (35). Il se cuit ou s’utilise tel quel dans les yaourts, les salades de fruits…

La farine de coco est extraite de la chair de la noix de coco mûre. Elle ne contient pas de gluten et est donc une bonne alternative pour les personnes allergiques. Très riche en fibre, elle améliore le transit intestinal, augmente la sensation de satiété lors de régime, aide à réduire le risque de maladie cardio-vasculaires et le mauvais cholestérol et permet le contrôle du diabète de type 2. On peut l’utiliser en remplacement de la farine de blé dans les desserts ou bien en apport de fibre (une à deux cuillère dans les yaourts, les compotes…).

L’huile de coco vierge s’obtient à partir de la pulpe ou amande arrivée à maturité (dure) mais non séchée. Elle est blanche et solide en dessous de 22°C. Non raffinée et naturelle, elle peut être utilisée en cuisine (mais pas pour la friture) ou comme cosmétique et ingrédient de cosmétiques fait maison. C’est un produit cher.

L’huile de coprah ou huile de coco est obtenue après avoir fait sécher la pulpe. Elle est blanche et solide à température ambiante. Elle est obtenue par des procédés industriels qui nécessitent l’utilisation de produits chimiques. Elle est souvent hydrogénée pour amplifier le phénomène de solidité de l’huile de coco ce qui amplifie le risque de maladie cardio-vasculaire. Elle est très utilisée dans l’industrie agro-alimentaire. C’est l’ingrédient principal de la fameuse Végétaline. L’huile de coprah entre également dans la composition du monoï.


mardi 2 août 2011

L'inuline

Topinambour

L’inuline est un composé naturel très présent dans l’industrie agro-alimentaire, les cosmétiques ou la phytothérapie. Après un bref aperçu de son origine, découvrons ses avantages et ses applications industrielles.

Son origine



L’inuline est extraite de plantes comme l’agave, le topinambour ou la chicorée. L’artichaut, l’ail, le poireau en contiennent également. C’est un pré-biotique (fibre alimentaire de la famille des fructanes) qui stimule les défenses naturelles de la flore intestinale. L’inuline est un glucide tout comme l’amidon mais qui n’est pas assimilable par l’organisme.

Ses avantages


L’inuline présente quelques bienfaits :

  • elle régule la flore intestinale favorisant ainsi le transit,
  • elle favorise l’absorption du calcium et du phosphore,
  • elle renforcerait le système immunitaire en aidant à l’élimination des bactéries pathogènes,
  • elle favoriserait la diminution du taux de cholestérol (mais les études restent contradictoires),
  • elle est hydratante,
  • elle adoucit la peau.

Naturelle, elle est également 100% biodégradable.

Cependant des cas d’allergies à l’inuline ont été observés. Une trop grosse consommation d’inuline peut entraîner des problèmes intestinaux tels que des ballonnements, des gaz ou des crampes.  L’inuline est un produit raffiné qui ne peut pas remplacer l’apport de fibres naturelles (fruits, légumes ou céréales).

Ses applications


Ses propriétés font que l’inuline est très utilisée dans l’industrie alimentaire, les cosmétiques et les compléments alimentaires. Elle est ajoutée à de multiples aliments: produits de boulangerie, produits laitiers, crème glacée, chocolat, boisson, produits carnés, aliments pour animaux. Elle peut être utilisée pour :

  • sucrer sans apporter trop de calories,
  • améliorer la texture des aliments faibles en matières grasses,
  • ajouter des fibres dans les produits alimentaires sans en affecter la consistance.

En phytothérapie, l’inuline est choisie pour sucrer tout en limitant l’apport calorique. On la retrouve dans les sirops aux plantes (la gamme Pediakid pour les enfants en contient), les draineurs. Son effet coupe-faim fait que l’inuline est utilisée également dans les produits de régime.

En cosmétique, l’inuline est utile dans les formulations capillaires notamment. En effet c’est une alternative aux silicones puisque elle apporte légèreté et permet de lisser les cheveux.



vendredi 29 juillet 2011

la fleur d'oranger parfume votre été

La fleur d'oranger

La fleur d’oranger fait son grand retour. Son parfum doux et subtil séduit. De nombreuses marques de cosmétique (Roger Gallet, la Compagnie de Provence, Nuxe, Fragonnard…) lui ont consacré des produits voir des gammes complètes. Rafraîchissante et apaisante, cette fleur aux multiples vertus est parfaite pour accompagner votre été.

Son origine


La fleur d’oranger pousse sur l’oranger amer ou brigaradier. Cet arbre, originaire d’Inde, est très répandu en Afrique du nord. La fleur d’oranger symbolise la pureté.

Ses vertus médicinales


Elles sont nombreuses :

  • Antispasmodique, elle calme et apaise,
  • Fébrifuge : elle abaisse la fièvre,
  • Sédative, elle favorise le sommeil notamment chez les bébés,
  • Sudorifique, elle régule la production de sueur,
  • Antidépresseur, elle aide à lutter contre le stress, l’anxiété, les peurs ou les angoisses,
  • Calmante et apaisante notamment pour les yeux irrités,
  • Aphrodisiaque, elle aide au lâcher-prise.

Ses autres propriétés


En cosmétologie, la fleur d’oranger convient à tous les types de peau. Elle la régénère et lui donne de l’éclat. Elle est apaisante et rafraîchissante. La fleur d’oranger possède des vertus antioxydantes et permet d’atténuer les rides. En massage ou dans le bain, elle apporte bien-être et détente.

Sa douce et légère fragrance florale fait qu’elle est très utilisée en parfumerie.

Son arôme fruité permet de l’utiliser en cuisine où elle s’accommode parfaitement avec les fruits frais, les fruits secs, dans les infusions, dans les pâtisseries, les sorbets. Elle se marie bien avec le miel.

Ses différentes formes


On peut utiliser les fleurs fraîches en infusion mais aussi les feuilles, l’écorce ou le fruit.
L’huile essentielle de fleur d’oranger appelée également Neroli est très utilisée en parfumerie. Mais son prix est élevé lorsqu’elle est de bonne qualité. On lui préfèrera l’eau florale de fleur d’oranger beaucoup pus abordable et tout aussi parfumée.


mardi 26 juillet 2011

Tout savoir sur l'hydrolat

hydrolat, eau florale

Moins connus que les huiles essentielles, les hydrolats possèdent pourtant des vertus similaires. Leur utilisation est également beaucoup plus facile. Alors pourquoi ne pas les adopter dans votre quotidien ?

Qu’est-ce que l’hydrolat ?


La distillation des plantes, fleurs ou feuilles, conduit à l’obtention de 2 produits naturels:
L’huile essentielle : liquide concentré contenant des composants aromatiques hydrophobes,
L’hydrolat : eau distillée qui contient une petite quantité de composants hydrosolubles aromatiques.
L’eau florale est un hydrolat obtenu à partir de la distillation d’une fleur : rose, fleur d’oranger, jasmin, lavande, camomille, bleuet, hamamélis…
Contrairement aux huiles essentielles, les hydrolats sont doux et conviennent parfaitement aux enfants et nourrissons, femmes enceintes, peaux sensibles…Leur parfum est léger et discret. Ils se diluent facilement dans l’eau. Leur utilisation est bien plus simple que celle des huiles essentielles.
La qualité d’un hydrolat peut être variable. Certains sont dilués avec de l’eau ou de l’alcool ou additionnés de conservateurs. Pour une qualité optimale, l’hydrolat doit être pur et micro-filtré (afin d’éliminer les bactéries). On peut trouver les hydrolats dans les magasins bio, en pharmacie ou parapharmacie et sur internet (aroma-zone.com, huiles-et-sens.com, soleiletsante.fr).
L’hydrolat se conserve au frais une fois entamé (en deçà de 15°C), dans une bouteille teintée. Sa durée de conservation peut osciller entre quelques mois et 2 années.


Quels sont ces usages ?


On peut l'utiliser :
  • Par voix orale pour une détox par exemple, en bain de bouche, en lavements pour le nez. On peut les diluer dans de l’eau ou une tisane.
  • En soin externe : comme nettoyant pour les infections ou les plaies, en frictions, en massage, en vaporisation, dans le bain…

En cosmétique, ses usages sont multiples :

  • en lotion nettoyante, apaisante, tonifiante pour le visage,
  • dans le bain,
  • en soin pour les pieds ou les mains,
  • en soin anti-âge,
  • en friction pour les cheveux,
  • en eau parfumée (convient même au bébé),
  • comme ingrédient dans les cosmétiques faites maison (dans les crèmes, laits, masques pour le corps ou le visage)
  • pour traiter les problèmes de peaux acnéiques, grasses, sèches, sensibles…

En cuisine, les hydrolats pourront aromatiser les plats (thym, romarin, mélisse…), parfumer les cocktails, les compotes, les desserts (cannelle, rose, lavande, fleur d’oranger…). Les hydrolats perdent de leur saveur à la cuisson, mieux vaut les ajouter en fin de préparation. Leur utilisation en cuisine est beaucoup plus simple que pour les huiles essentielles.

Dans les produits ménagers fabriqués maison pour parfumer, désodoriser.


vendredi 8 juillet 2011

10 bonnes raison d'adopter le savon de Marseille

Véritable savon de Marseille

Ce cube de savon est fabriqué selon la même recette artisanale depuis des siècles dans la région de Marseille. 100% naturel et à base d’huile végétale, le savon de Marseille possède de multiples usages dans toute la maison: 
  1. Ecologique et biodégradable, il est parfait pour les tâches ménagères et nettoyer la maison du sol au plafond, les cuirs, les pinceaux ou faire briller les bijoux.
  2. Hypoallergénique, il est idéal pour détacher les vêtements des bébés et des enfants. Vous pouvez même faire votre lessive maison.
  3. Doux, il n’irrite pas la peau et est recommandé par les dermatologues pour les peaux sensibles.
  4. Bactéricide, il désinfecte et soigne les plaies.
  5. Exfoliant, il peut servir en soin hammam et donne un effet satiné à la peau.
  6. En dentifrice, pour le soin des gencives.
  7. En version parfumée : miel, lavande, fleur d’oranger, muguet, rose, thé vert, fruit de la passion, vanille…
  8. Sous différentes formes : il se décline en cube bien sûr mais aussi liquide, paillette, savonnettes, gels douche, shampoing… pour tous les usages.
  9. Moussé, il peut servir pour le rasage des messieurs.
  10. Son prix tout doux : entre 1,90 et 5,00 euros sous toutes les formes.

Attention aux « faux savons de Marseille » produit industriellement car il n’existe pas d’appellation contrôlée (le terme « savon de Marseille » s’applique à la méthode de fabrication mais pas aux ingrédients). Le savon de Marseille naturel est produit artisanalement à Marseille ou salon de Provence par seulement 4 savonneries : 
  • la Compagnie des Détergents et du Savon de Marseille,
  • la Savonnerie du Sérail,
  • la Savonnerie Marius Fabre
  • la Savonnerie de la Licorne. 
Il est estampillé sur ces 6 faces et doit avoir une teneur en huile de 72%. Il ne contient ni colorants, ni parfums de synthèse, ni conservateurs chimiques. Il existe 2 types de savon de Marseille neutre :
  • un blanc à base d’huile d’arachide, d’huile de coprah et d’huile de palme,
  • un vert à base d’huile d’olive, d’huile de coprah et d’huile de palme.


mardi 5 juillet 2011

L'argile et ses vertus thérapeutiques


L’argile est utilisée depuis des millénaires à des fins thérapeutiques. Aujourd’hui, elle est surtout connue en esthétique dans les instituts ou les centres de balnéothérapie et thalassothérapie où elle fait des merveilles pour la peau et contre le stress.

Qu’est-ce que l’argile ?


L’argile est une roche sédimentaire très riche en minéraux (silice, aluminium, calcium, magnésium, fer, zinc, cobalt, potassium, sodium…). Elle est composée de très fines particules provenant de l’érosion des roches et déplacées par l’eau ou le vent. Elle se dépose dans les fleuves, les lacs ou la mer et sédimente.
Il existe des argiles de couleurs différentes. Les plus connues sont l’argile blanche et verte. Ces couleurs diverses s’expliquent par des compositions minérales différentes. La provenance peut influer sur les résultats thérapeutiques. Traditionnellement l’argile blanche est souvent réservée à un usage interne, l’argile verte plutôt pour un usage externe.
L’argile est imperméable, facile à façonnée. D’ailleurs ses applications autres que thérapeutiques sont nombreuses. On l’utilise notamment pour la fabrication d’objet ou de contenant en céramique ou porcelaine, de briques ou de tuiles car une fois cuite elle devient solide.

Quelles sont ses propriétés ?


Se soigner par l’argile est l’argilothérapie. L’argile possède des vertus antiseptique et anti-inflammatoire, purifie et nettoie la peau sans s’attaquer à la flore bactérienne et guérit les plaies ou les blessures.
L’argile verte est reminéralisante et anti-inflammatoire. Elle est utilisée en cas de fatigue, varices, rhumatisme, douleurs, courbatures, hématomes, coupures, morsures… Grâce à ses pouvoirs adsorbants, elle élimine les impuretés de la peau. Elle permet de rééquilibrer les cheveux et blanchit les dents.
L’argile blanche est particulièrement appropriées aux peaux sèches et sensibles car elle est très douce. Elle sert de talc pour les fesses de bébé. Elle est fortifiante et favorise l’élimination des toxines. Elle est préconisée en cas de douleurs d’estomac, de diarrhées, d’infections intestinales.
Il existe également de l’argile :

  • rouge (riche en fer) qui redonne du peps aux peaux ternes et favorise la circulation sanguine
  • rose qui nourrit en profondeur,
  • jaune, antiride naturelle par excellence qui permet une meilleure oxygénation des cellules,
  • bleue qui élimine impuretés et toxines.

Comment l’utiliser ?


L’argile s’utilise de 2 manières différentes :
En usage interne : sous contrôle médical en cure sous forme de comprimés, poudre ou gélules.
En usage externe : sous forme de cataplasme (bain de boue, masque) à l’aide d’une pâte d’argile. Cela permet de traiter des zones douloureuses. Elle s’utilise également sous forme de compresses pour un meilleur enveloppement de la partie à traiter.

lundi 21 mars 2011

Maigrir avec les plantes

Voilà le retour du printemps et avec lui nos complexes liés aux kilos en trop. S’il n’existe pas de remède miracle pour les éliminer, un petit coup de pouce de la nature peut aider. Et à l’heure où les régimes faisant perdre les kilos trop rapidement sont décriés, les plantes semblent un choix judicieux. En effet les solutions naturelles proposent de s’attaquer avant tout aux causes de la prises de poids : fringales, stress, rétention, d’eau, fatigue, tristesse… autant de maux que l’on soulage en mangeant. Voici un petit tour d’horizon des solutions naturelles pour maigrir.

La Phytothérapie

Ces compléments alimentaires se présentent sous forme de gélules, de comprimés ou de tisanes et de thés. Ils utilisent les bienfaits ancestraux des plantes. On les trouve dans les pharmacies et parapharmacies en vente libre, dans les supermarchés et sur internet, dans les magasins bio ou de régime. C’est la solution naturelle la plus connue. Même si les plantes ne représentent pas de danger pour la santé, l’avis d’un spécialiste permet de mieux cibler les maux et donc le traitement.
Les compléments alimentaires proposent 4 modes d’action différents :
  • Drainant contre la rétention d’eau,
  • Facilitateur du transit intestinal : constipation, diarrhée, ballonnement,
  • Coupe-faim : contre les fringales ou les repas trop important,
  • Brûle graisse : pour palier aux excès (repas de famille ou de fêtes, restaurant)

L’homéopathie

L’homéopathie agit sur les causes de la prise de poids : fringales, stress, rétention d’eau, fatigue… Elle peut également permettre de gérer la perte de poids en ciblant les actions : diminution de la cellulite, affinage de la taille, amincissement des hanches, drainage du foie et de la vésicule biliaire.
L’homéopathie doit être associée à un rééquilibrage des repas et une activité physique régulière. Les pertes de poids ne sont pas spectaculaires (1,5 à 2 kg /mois). En revanche, en maintenant sur la durée un bon comportement alimentaire accompagné par des prises homéopathiques ciblées en fonction de votre profil, les reprises de poids sont rares. En effet l’homéopathie permet de s’attaquer aux problèmes liés à la prise de poids et à leurs manifestations.
Il vaut mieux consulter un homéopathe qui saura, après un petit questionnaire, repérer vos problèmes et proposé un traitement adapté. Il peut aussi vous apporter quelques solutions nutritionnelles et vous aider dans votre démarche avec un suivi régulier.

L’aromathérapie

L’aromathérapie possède plusieurs modes d’actions :
  • Réduction de la cellulite,
  • Stimulation de la circulation lymphatique,
  • Elimination des toxines
  • Régulation de l’appétit avec un effet coupe-faim,
  • Régulation du stress et de l’anxiété.

Il faut toujours l’associer à une bonne hygiène de vie en matière d’alimentation et d’activité physique. Rappelons que les huiles essentielles ne doivent pas être pas utilisée par la femme enceinte ou allaitante. En outre elles ne doivent jamais être utilisée pures.
Les huiles essentielles s’utilisent en massage (pour la cellulite ou pour décongestionner le système veineux et le foie), par voie oral (pour un effet diurétique, drainant ou pour la fonte des graisses) et par inhalation (pour un effet coupe-faim).

Les fleurs de Bach

Les fleurs de Bach viennent en complément d’un régime équilibré.
Les fleurs de Bach aident à lutter contre les états émotionnels et les rééquilibrer : anxiété, colère, manque de confiance en soi, tristesse, hypersensibilité, fatigue, culpabilité, … Elles vous aideront à prendre de nouvelles habitudes, à persévérer dans votre régime. Les fleurs de Bach permettent également de diminuer l’irritabilité, et d’être détendu pendant le régime.

La naturopathie

Le naturopathe prend le problème du surpoids dans sa globalité. Par un questionnement, il va identifier les causes du surpoids : stress, mauvaises habitudes alimentaires, problèmes digestifs… Ensuite le naturopathe va rééquilibrer l’alimentation en étudiant votre métabolisme. Le naturopathe s’appuie sur des méthodes naturelles  pour traiter le problème: phytothérapie, homéopathie, aromathérapie, compléments alimentaires, relaxation, diététique, nutrition, …
La naturopathie n’est pas réglementée et certaines personnes profitent de ce vide juridique pour la pratiquer sans avoir reçu de formation. Il vaut mieux bien se renseigner avant de consulter.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...