mardi 27 décembre 2011

Bonne fêtes de fin d'année

J'espère que les fêtes de Noël se sont bien déroulées pour vous et que le Père Noël vous a bien gâté. En attendant la nouvelle année, je vous propose un petit bilan de l'année écoulée avec ma Rédac'web en découvrant ou redécouvrant les 5 des articles les plus lus cette année :



Et je vous souhaite un bon réveillon du jour de l'an. A très bientôt.

samedi 17 décembre 2011

Le chocolat bon pour la peau?


Le chocolat dans les cosmétiques

Le chocolat est devenu en quelques temps un composé souvent utilisé dans les produits cosmétiques mais aussi dans les instituts de beauté. Phénomène de mode avec l’émergence des cosmétiques gourmandes ou véritables bienfaits, faisons le point.

En cosmétique on utilise surtout le beurre de cacao et la poudre de cacao, extraits des fèves de cacao. Et c’est un composé vraiment bon pour la peau. En effet il possède des propriétés hydratantes. Il aide à cicatriser brûlures et gerçures et à apaiser les effets du soleil. La présence de vitamine E permet de revitaliser et restructurer l’épiderme. Il attenue les rougeurs et donne de l’éclat au teint.

Ces nombreux antioxydants en font également un soin anti-âge efficace. Le chocolat atténue les signes laissés par la fatigue et le stress. Il redonne de l’élasticité à la peau et gomme l’effet peau d’orange.

Ses pigments bruns font qu’il est parfois utilisé dans les auto-bronzants. Il donne de beaux reflets caramel aux cheveux tout en les nourrissant.

Ajoutons à ses bienfaits, un plaisir olfactif qui, rien qu’en ouvrant notre produit de beauté, apporte une sensation de bien-être.

Quelques cosmétiques gourmandes au chocolat pour découvrir toutes ses vertus :

  • Pépites de bain silky chocolate par BeChocolate – Pépites de bain bio à base de sel marin arômatisées au chocolat.
  • Masque au chocolat bio pour homme – Thémis – Purifie et élimine les toxines du visage.
  • Gel douche choco café bio – Body Délices – Peau hydratée et nourrie pour un toucher soyeux.
  • Lait nettoyant et démaquillant chocolat et Açaï bio – Ikove – Pour lutter contre les radicaux libres.
  • Duos gel douche et lait corporel – Sensation Chocolat – Existe en version chocolat au lait ou chocolat noir. Une ligne de cosmétiques pour les instituts de beauté, entièrement consacrée au chocolat.
  • Beurre végétal de cacao bio – Aroma-Zone – Pour créer vos cosmétiques maison



vendredi 16 décembre 2011

Chocolat et santé


On le consomme sous plein de formes : en tablette, moulé en bouchées individuelles, dans les gâteaux ou les biscuits, fondu, en poudre, en barres... Et si l'on associe souvent chocolat et plaisir, il fait aussi culpabiliser. Faisons un petit point de son impact sur la santé.

Chocolat chaud

Ses bienfaits


C’est bien connu le chocolat est un anti-stress. Plein de magnésium, il permet de lutter contre les baisses d’énergie qui entrainent souvent stress, anxiété, fatigue, vieillissement ou dépression.

Le chocolat contient des flavonoïdes, antioxydants naturels permettant l’élimination du mauvais cholestérol, limitant l’hypertension et diminuant le risque d’infarctus ou d'AVC et de diabète de type II (chocolat noir). Ce sont également des anti-inflammatoires. Ils permettent de lutter contre la diarrhée. On dit que la catéchine que contient le chocolat est plus active encore que celle contenue dans le thé. Associée à la vitamine E, c’est un composé qui permet l’hydratation de la peau et stimule la microcirculation sanguine. La richesse en flavonoïdes pourrait en faire un aliment anti-cancérigène mais aucune étude ne confirme cette hypothèse.

Le cacao possède également des molécules capables d’améliorer le renouvellement cellulaire de la peau et donc aider à mieux cicatriser et ralentir l’apparition des rides.

Contre toute attente, le cacao possède des vertus anti-caries grâce aux tanins, au fluor et au phosphate qui entre dans sa composition. Il contient également de la caféine, qui agit comme un stimulant intellectuel.

Le chocolat, grâce à la théobromine, pourrait aider à traiter les toux persistantes.

Le chocolat noir a un indice glycémique bas. Ses graisses ne sont pas saturées et il se digère facilement.
On lui prête également des vertus aphrodisiaques qu’aucune étude ne vient corroborer.

Ses méfaits


Le chocolat est riche en graisse, provenant du beurre de cacao et du lait, et en sucre. Chocolat noir et au lait ont un apport calorique à peu près équivalent. C’est donc un aliment très riche et qui consommé en quantité trop importante par rapport à l’activité physique, augmente le risque d’obésité.

Depuis quelques années, on soupçonne le chocolat d’induire une contamination en métaux lourds et notamment en plomb (saturnisme). Mais les données concernant les quantités absorbées et limites restent floues.

Le cacao peut entrainer des allergies, de même que certains autres aliments auxquels il peut être associé (fruits secs, soja…)

On parle parfois d’accoutumance due à des substances qui provoque la libération d’endorphines voilà pourquoi il est si difficile de reposer la tablette.

Il causerait des poussées d’acné mais cela n’est pas prouvé. En revanche il est certain qu’il peut être dangereux pour les animaux, la faute en revient à la théobromine qu’ils n’arrivent pas à éliminer. 


Demain le dernier volet du dossier chocolat : le chocolat bon pour la peau.

jeudi 15 décembre 2011

Le chocolat et sa fabrication



Poursuivons notre dossier chocolat avec un deuxième volet sur la fabrication du chocolat : du cacaoyer à la tablette de chocolat, voici les différentes étapes que subissent les fèves de cacao.

Cacaoyer avec ses cabosses

Après la cueillette des cabosses (fruit du cacaoyer), celle-ci sont fendues afin de récupérer les fèves qui sont égrainées placées dans des bacs ou paniers puis recouvertes de feuilles de bananier. Elles sont laissées au repos une semaine en les brassant régulièrement Pendant cette période il se produit une série de fermentations qui conduisent la fève à devenir brune. Les fèves sont ensuite séchées au soleil pendant 15 jours.

Les fèves entrent ensuite dans le processus industriel. Elles sont torréfiées, décortiquées puis concassées. La torréfaction joue un très grand rôle, comme pour le café, car c’est elle qui décidera de l’arôme final du cacao. Les fèves concassées sont ensuite transformées en une pâte liquide d’où est extrait le beurre de cacao. Puis cette pâte est broyée de plus en plus finement jusqu’à ce que les grains ne soit plus décelable dans la bouche.

fèves de cacao torréfiées

L’étape suivante, qui consiste à mélanger les ingrédients va dépendre du chocolat que l’on veut obtenir :
  • Le chocolat noir est un mélange de pâte de cacao, de beurre de cacao ou de graisse végétale et du sucre. Plus le taux de sucre est élevé plus le pourcentage en cacao est faible. Le chocolat noir doit contenir au minimum 35% de cacao. Les matières grasses végétales comme l’huile de palme ou le beurre de karité, sont autorisées depuis 2000 dans la limite de 5% du poids total du produit fini. Leur principal atout est que c’est une matière première bon marché.
  • Pour obtenir du chocolat au lait, on ajoute en plus du lait en poudre ou du lait concentré. Sa teneur en cacao ne doit pas être inférieure à 25%.
  • Le chocolat blanc quant à lui ne contient pas de cacao. C’est un mélange de beurre de cacao, lait en poudre et sucre.

Des arômes et des épices peuvent être associés à ses mélanges pour enrichir le goût du chocolat.

A lieu ensuite le conchage : cette étape consiste à brasser longuement et lentement le chocolat chauffé à 70°C. Cela lui permettra d’être plus homogène, avec plus d’arôme et d’onctuosité. C’est pendant cette étape que se fait l’ajout d’émulsifiant (lécithine de soja le plus souvent) pour améliorer la tenue du chocolat dans le temps.

Le chocolat est enfin tempéré par des variations de température plus ou moins rapide afin d’obtenir la cristallisation la plus stable possible qui va donner au chocolat sa brillance, sa dureté, son fondant et sa durée de conservation.

Le chocolat peut être moulé et est désormais associé à de nombreuses fêtes (Noël, Pâques, St Valentin, Hanoucca…).

Chocolat
On compte différentes qualités de chocolat :
  • les chocolats d’origine, dont les fèves proviennent d’un seul pays,
  • les chocolats de crus issus de fèves d’une région ou d’une plantation spécifique,
  • et les grands crus fabriqués avec un cacao dont le goût est unique. Cette exception en fait des chocolats rares et chers.

La consommation est très variable d’un continent à l’autre : l’Afrique et l’Asie en consomment peu alors que l’Europe (du nord surtout) et les Etats-Unis sont de gros consommateurs. Noël et Pâques voient les ventes de chocolats s’envoler dans ces mêmes pays. Les suisses sont les rois de la consommation mondiale bien aidé par le tourisme. 

Demain vous pourrez découvrir un 3ème article sur les effets du chocolat sur la santé


mercredi 14 décembre 2011

Le chocolat, origine et composition

Dans ce dossier du mois de décembre, nous allons aborder un thème cher à cette période festive qui approche : le chocolat. D'où vient-il? Que contient-il? Comment est-il fabriqué? Quels sont ses impacts pour la santé?  Pourquoi fait-il fureur dans les cosmétiques? Ce dossier va tenter de répondre à toutes ces questions. Commençons tout de suite par ses origines et sa composition.

Le chocolat

Origine du chocolat


Originaire d’Amérique du sud centrale, le cacaoyer est un arbre millénaire. Les fèves de cacao, qui permettent d’obtenir le cacao, ont pendant longtemps été des produits de luxe et souvent utilisées comme monnaie d’échange. Les indiens en extrayaient une boisson au goût amère connue pour ses vertus thérapeutiques. Les fèves de cacao arrivent en Europe au début du XVIème siècle et le cacao devient une boisson réservée aux plus riches. On lui ajoute alors du sucre, du lait et de la vanille pour supprimer l’amertume.

C’est au XIXème siècle avec la révolution industrielle que le chocolat solide apparaît. De nombreux grands noms du chocolat apparaissent alors avec les premières fabriques industrielles : CAILLER, SUCHARD, KOHLER, VAN HOUTEN, CADBURY… Cadbury sera le premier à proposer du chocolat à croquer. Van Houten invente le cacao en poudre. PETER qui s’associera ensuite avec NESTLE, crée le chocolat au lait, LINDT invente le conchage, qui donne plus de fondant au chocolat (tel qu’on le connait aujourd’hui). Les cacaoyers sont alors exporter en Afrique pour parer à la forte demande en fève de cacao. Au début du XXème siècle, apparaissent les premières barres chocolatées (toblerone, Milky Way, Nuts) et NESTLE invente le chocolat blanc.

Composition du chocolat


Le chocolat regroupe une multitude de composants. Parmi les plus importants, on compte :

  • des glucides en forte proportion,
  • des lipides apportés par le beurre de cacao,
  • des antioxydants : flavonoïdes (catéchine),
  • de la théobromine qui apporte l’amertume,
  • de la phényléthylamine,
  • des vitamines A, B12, D et surtout E pour lutter contre le vieillissement,
  • de la caféine,
  • des minéraux : magnésium, du phosphore, du potassium, du fer et du calcium

lundi 12 décembre 2011

Les agrumes pour éviter les pépins de l'hiver

Les Agrumes

Les agrumes sont des fruits très vertueux qui peuvent nous aider à lutter contre le froid et la fatigue. L’orange est d’ailleurs le 2ème fruit le plus consommé en France après la pomme. Les clémentines viennent en 5ème position suivie de près par le pamplemousse. Je vous propose un petit tour d’horizon de ces fruits que sont les agrumes.

Leur composition


Les agrumes sont richement composés notamment en nutriments essentiels, nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Ils contiennent :
  • des glucides,
  • des fibres en grande quantité,
  • des vitamines : C bien sûr, mais aussi les vitamines du groupe B : B1, B2, B3, B5, B6, B9, et la vitamine A
  • des oligo-éléments : potassium, phosphore, calcium, phosphore, magnésium, cuivre.
  • Orange
  • des antioxydants : la vitamine C, des flavonoïdes, des monoterpènes, des limonoïdes et des caraténoïdes.




Les bienfaits des agrumes


Les bienfaits des agrumes sont nombreux. La teneur élevée en vitamine C permet d’apporter énergie et vitalité à l’organisme et de stimuler le système immunitaire. Ils sont particulièrement recommandés pour éviter les rhumes ou la grippe.

Leur cocktail d’antioxydants protège contre les maladies et a une action anti-inflammatoire. Une consommation régulière d’agrumes peut réduire les risques de cancers, de maladies cardio-vasculaires, d’anémie, d’obésité, ou d’hypertension.
Pamplemousse

Les agrumes possèdent des qualités détoxifiantes et purificatrices en améliorant l’élimination des toxines. Peu caloriques, ils s’accommodent à de nombreux plats : salades, plats mijotés, viandes, poissons, légumes… Quelques gouttes de citron, citron vert ou orange dans le thé en amplifie les bienfaits. L’association du citron avec les légumes verts favorise l’absorption du fer. Ils se consomment tel quel, en jus ou en zeste.


Il vaut tout de même mieux diminuer leur consommation en cas de prise de médicaments contre le cholestérol, d’anti-inflammatoires ou d’aspirine car ils peuvent interférer avec ces traitements médicaux.

Quel agrume consommer ?


Chaque agrume possède tout de même sa spécificité et agit plus particulièrement sur certaine partie de notre corps.

Le citron est le plus riche en vitamine C. Il facilite la circulation sanguine et le fonctionnement des reins, améliore la digestion en agissant sur le foie, donne de l’éclat à la peau. Il est désinfectant.

Une orange par jour couvre l’apport quotidien recommandé en vitamine C. Elle aide à lutter contre le froid ou la fatigue. La fleur d’oranger est connue pour ces vertus calmante et apaisante.

La bergamote (croisement entre une orange amère et un citron vert) sert à fabriquer l’huile essentielle de bergamote pour lutter contre les problèmes de peau (dermatoses, acné, eczéma, plaies). Elle est également digestive, tonifiante, antiseptique, antispasmodique et vermifuge.
Mandarine

Le pamplemousse est désaltérant et c’est un formidable coupe-faim naturel. De plus il contient très peu de sucre, beaucoup de fibre et de vitamine C, c’est donc l’allié idéal pour les régimes.

La mandarine est le plus doux des agrumes et convient particulièrement aux enfants. Elle contient beaucoup de carotène pour l’effet bonne mine.



Et pour la peau ?

Les agrumes sont excellents pour la peau. Ils lui donnent de l’éclat et affine le grain de peau.

Citron

Le citron est couramment utilisé dans les recettes de cosmétique maison. Il convient parfaitement aux peaux grasses voire acnéiques. Il est astringent et redonne élasticité et tonicité à la peau.

Les agrumes ont également la propriété de stimuler la circulation sanguine. Ils rendent les cheveux brillants et forts.




Les huiles essentielles d’agrumes sont photo-sensibilisantes : l’exposition au soleil est donc fortement déconseillée après leur application.

Et pour finir, quelques produits à base d’agrumes :
  • Respir’Air Pur Agrumes - Le Comptoir Aroma : pour une action assainissante et rafraichissante.
  • La gamme Gel douche, lait corporel, déo Agrumes Bio – Lavera
  • Soin démélant Agrumes Néroli pour homme de John Masters Organics
  • Eau de toilette bio Jardins d’Agrumes – Florame


vendredi 25 novembre 2011

Coquillages et crustacés excellents pour la santé

Les fruits de mer

Pendant la période des fêtes, peut-être aurez-vous la chance de pouvoir déguster un plateau de fruits de mer. La chance oui, car coquillages et crustacés sont un excellent atout pour la santé et un véritable cocktail d’énergie.

Quels sont-ils ?


Pour les crustacées : crabe, homard, tourteaux, langouste, calamar, langoustine, crevette et écrevisse.
Pour les coquillages :huitres, amandes, coquilles Saint Jacques, palourdes, moules, coques, bigorneaux, bulots et praires.

Leurs bienfaits


Leur principale qualité, c’est qu’ils sont peu caloriques et permettent ainsi d’alléger un peu le menu de Noël. Les crustacés sont pauvres en glucides et lipides et contiennent surtout des protéines. A titre de comparaison 100g de crevettes apportent une proportion semblable de protéines qu’un steak haché.

Les crustacés sont gorgés d’oligo-éléments : 

  • du manganèse et du sélénium contre les effets du vieillissement,
  • du calcium et du phosphore pour fortifier les os,
  • du magnésium et du fer pour lutter contre la fatigue,
  • du zinc qui renforce le système immunitaire,
  • de l’iode indispensable au bon fonctionnement de la thyroïde,
  • du potassium et du sodium pour le système nerveux.

Le peu de matière grasse que contiennent les crustacés sont des oméga 3 et 6, des acides gras polyinsaturés. Ils aident à diminuer le diabète et les risques de maladies cardio-vasculaires en abaissant le taux de mauvais cholestérol.

Ils sont également riches en vitamines A, C et la famille des vitamines B.

Quelques précautions


Les crustacés peuvent entrainer des allergies c'est-à-dire que le système immunitaire identifie les protéines contenues dans les crustacés ou les coquillages comme anormale et les attaque. Les symptômes peuvent aller de simples démangeaisons ou rougeurs, aux vomissements, difficultés respiratoires voir évanouissements.

La fraîcheur des crustacés et coquillages est primordiale, sinon vous risquez l’intoxication alimentaire. Le manque de fraîcheur entraine la formation d’une molécule chimique, l’histamine dont les effets sont comparables à une allergie.

La teneur élevée en sodium des crustacés et coquillages est à prendre en compte pour les personnes suivant un régime pauvre en sel.

Les coquillages et crustacés sont extrêmement sensibles à la pollution. Il convient donc de vérifier la provenance et la qualité lors de l’achat.


mardi 22 novembre 2011

Tout savoir sur le sel


Connu depuis des millénaires, le sel a toujours fait l’objet de grands enjeux économiques et stratégiques. Même si sa valeur marchande reste forte, de nos jours, le sel est plutôt controversé et sa consommation excessive inquiète. Faisons le point sur cet ingrédient incontournable de nos petits plats qu'il soient "faits maison" ou industriels.


le sel


Qu’est-ce que le sel ?


Il existe 2 sortes de sel :
  • le sel marin : obtenu par évaporation de l’eau de mer dans les marais salants comme la fleur sel de Guérande (Label Rouge),
  • le sel fossile ou sel gemme : extrait du sol (mines de sel). Il s’agit d’un minéral présent dans les dépôts sédimentaires provenant de l’évaporation de lacs ou de mers. Il existe une mine de sel gemme en France dans la Meurthe et Moselle.
sel marin, sel gemme

Le sel alimentaire, que ce soit sous forme de sel fin, gros sel ou fleur de sel, est composé essentiellement de chlorure de sodium.

Le sel le plus couramment utilisé est le sel raffiné à partir du sel gemme la plupart du temps. Ce sel subit des étapes de purification et d’évaporation pour éliminer les impuretés et obtenir sa couleur blanche. On lui ajoute également des anti-agglomérants, du sucre inverti (conservation), de l’iode et du fluor.

Le sel peut aussi être consommé sous sa forme naturelle c'est-à-dire non raffinée. Il conserve alors toutes ses propriétés, contient des minéraux (magnésium), des oligo-éléments, du fer et est souvent naturellement riche en iode. Sa couleur et son goût diffèrent en fonction des régions de production.

Les utilisations du sel


Ses utilisations sont multiples :
  • en cuisine, pour assaisonner et conserver (fromage, viande, charcuterie, poisson…)
  • dans l’industrie agroalimentaire pour la préparation des plats préparés,
  • dans la fabrication du papier,
  • dans les teintures pour les textiles,
  • dans l’élaboration du savon et des détergents,
  • pour nourrir le bétail,
  • pour saler les routes,
  • pour adoucir l’eau.

Pour varier les plaisirs et donner une touche d’originalité à vos petits plats, il existe de nombreux sels colorés naturellement en fonction de la géographie du lieu d’exploitation :
  • le sel de l’Himalaya, sel gemme non raffiné, très riche en fer ce qui lui donne sa coloration rose,
  • le sel bleu saphir de Perse,
  • le sel noir dû à la présence de charbon,
  • le sel de Bambou impérial de couleur verte,
  • le sel rouge d’Hawaï à l’argile,
  • le sel fumé au feu de bois d’aulne.


D’autres sels sont parfumés ou aromatisés par ajout d’ingrédients comme le sel à la truffe, aux herbes de Provence, à l’ail ou à l’oignon, au thym, aux épices, aux algues, aux 5 baies, au fenouil, au citron…. On trouve même du sel en spray nature ou parfumé.

sel marin

Les bienfaits du sel


Le sel joue un rôle sur la perception du goût des aliments en augmentant la perception des saveurs. A petite dose, il ralentit les effets de la déshydratation en favorisant la rétention d’eau et diminue l’hypotension. Le chlore et l’iode joue un rôle dans le système nerveux et musculaire.

L’ajout d’iode permet de réguler la sécrétion d’hormones thyroïdiennes et diminuer les risques de goitres ou de crétinisme.

Le sel, enrichi en fluor, aide à combattre les caries et renforce l’émail des dents. 

Il permet d’accélérer le processus de détoxification lors d’une cure. Dissout dans de l’eau, il nettoie le nez lors d’un rhume  ou désinfecte les plaies.

Le sel est aussi beaucoup utilisé en cosmétique car il possède de nombreuses vertus. Les instituts de thalassothérapie et les Spa utilisent les bienfaits du sel. Dans le bain ou bain de pieds, il permet de détendre les muscles, de se relaxer et se décontracter sous l’effet du magnésium contenu dans le sel. Les sels de bain favorisent le sommeil et l’endormissement. Ils libèrent les tensions et soulage les contractures musculaires ou les douleurs articulaires.

Pour la peau, c’est un formidable reminéralisant. Associé à une huile végétale, comme l’huile d’Argan par exemple, il peut être utilisé comme exfoliant. Il aide à traiter les problèmes de pellicules.

Les inquiétudes que le sel raffiné suscite

sel raffiné : gros sel, sel fin

Consommation excessive

L’apport journalier en sel ne devrait pas excéder 3 grammes de sel alors que notre consommation actuelle est évaluée entre 10 et 12 g/jour. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande 5 à 6 g de sel par jour. Le sel marin n’est cependant pas concerné par cette recommandation car le magnésium qu’il contient agit comme un antidote aux méfaits du sodium.

Le chlorure de sodium élève la tension artérielle, augmentant ainsi les risques d’accidents cardio-vasculaires. Le sel, consommé en excès, gène également le bon fonctionnement des reins.

Des recherches sont en cours afin de trouver des molécules de substitution. Plus concrètement, certains industriels font désormais l’effort de moins saler leurs préparations voir de supprimer le sel notamment dans les petits pots pour bébés.

Dangerosité des anti-agglomérants

Les anti-agglomérants, qui permettent au sel de rester fluide en absorbant l’eau, sont plus ou moins toxiques même si leurs doses sont souvent minimes. Ils peuvent avoir des effets néfastes pour le système nerveux, osseux, digestif ou les reins.



Le sel raffiné, consommé en excès, présente donc des risques certains pour la santé. Sa consommation, qui doit être limitée au maximum, est difficile à évaluer par le consommateur car de nombreux produits agro-alimentaires en contiennent. Le sel marin ou la fleur de sel présente une alternative santé proposant les bienfaits du sel, sans en apporter les méfaits.


vendredi 11 novembre 2011

le thé, ses bienfaits

Le thé et ses bienfaits 

On prête de nombreuses vertus à cette boisson ancestrale, alors qu’en est-il ?

Composition du thé


Le thé est composé d’eau, de tanins, de protéines, d’acides aminés (théanine, sérine), de lipides, d’acides organiques, de glucides (fructose, saccharose, raffinose), de vitamines A, B, C, E et P et de minéraux (potassium, fluor, phosphore, magnésium) et d’autres substances comme la caféine et des composés aromatiques. Malgré une composition très riche, le thé contient très peu de calories.

La théanine agit comme un exhausteur de goût. Elle a un effet relaxant.

Le thé contient de nombreux antioxydants (polyphénols) dont la répartition varie en fonction du procédé de fabrication du thé. Le plus important est la catéchine.

La caféine contenue dans le thé et parfois appelé théine, agit différemment de celle du café. En effet les tanins du thé se lient à la caféine, permettant une libération prolongée sur plusieurs heures. A l’inverse la caféine du café est libérée entièrement en seule fois. C’est pourquoi le café est une boisson excitante et le thé une boisson stimulante. La caféine est également présente en moins grande quantité que dans le café.

Les feuilles de thé contiennent également beaucoup de vitamines et notamment de la vitamine C. L’oxydation des thés noirs à tendance à diminuer la teneur en vitamines.

Bienfaits du thé


De nombreuses études sur les bienfaits du thé ont été menées. Cependant d’autres investigations doivent être effectuées car les bénéfices d’une consommation régulière n’ont, à ce jour, pas été prouvés. Voici une liste des principales vertus prêtées au thé :
  • Favorise la digestion et le drainage,
  • Entretient le système nerveux,
  • Ralentit le vieillissement cellulaire,
  • Régule l’hypertension, fluidifie le sang, protège des maladies cardio-vasculaires,
  • Diminue les risques de cancer,
  • Prévient les caries,
  • Procure une meilleure solidité osseuse,
  • Protège contre les maladies oculaires
  • Limite les risques d’obésité

Plus le thé est infusé, meilleurs sont ces bénéfices. Toutefois le thé peut également avoir des effets néfastes sur le corps : nervosité et insomnie, problèmes intestinaux, diminution de l’absorption du fer, interaction avec des anticoagulants, effet diurétique... Sa consommation ne doit donc pas être excessive.

Et pour la peau ?


Les antioxydants présents dans le thé sont de véritables atouts pour la peau. Ils permettent de lutter contre le vieillissement cutané et empêchent la détérioration du collagène. Le thé possède des vertus hydratantes et anti-inflammatoires Il est efficace dans le traitement de l’acné et contre les méfaits des rayons UV. Le thé blanc dont les vertus sont amplifiées, est désormais très recherché dans les produits de beauté.
C’est pourquoi on le retrouve dans de nombreux produits cosmétiques naturels :
  • Lait corporel au thé vert de l’Occitane
  • Masque visage détoxifiant Hibiscus & Green Tea de Naturasie
  • Douche rafraichissante au thé vert d’Ushuaïa
  • Douche soin surgras au camélia et thé blanc de Corine de Farme
  • Sels de bain au thé vert de Fleurance Nature




jeudi 10 novembre 2011

le thé, les différents thés (suite)


Poursuivons la découverte des différents thés avec des thés plus précieux, un thé qui n'en ai pas un et les thés aromatisés.
Thé

Le thé blanc


C’est un thé très peu transformé qui ne subit pas d’oxydation. Les feuilles avec les bourgeons sont cueillies, séchées au soleil et à l’ombre. Elles ne subissent ni flétrissage, ni torréfaction, ni roulage ce qui conduit à une légère oxydation (en surface des feuilles). C’est un thé chinois rare, délicat et donc très cher.

Le thé jaune


Le terme peut désigner soit un thé vert ou blanc rare obtenu à partir d’une récolte exceptionnelle des bourgeons du théier soit d’un procédé de fabrication chinois peu répandu qui consiste à lui faire subir une légère fermentation à l’étouffée après la torréfaction. Il s’agit dans les 2 cas de thés rares et fins.

Le thé Pu-erh ou thé noir-noir


Il est fabriqué à partir des théiers à grandes feuilles et est peu connu en France. C’est un thé qui est pressé en galette après le séchage puis qui subit une post-fermentation longue (plusieurs années). Il existe un procédé qui permet d’accélérer la post-fermentation, mais la qualité obtenue est bien moindre. C’est un thé qui se bonifie avec le temps, on parle de cru.

Rooibos

Le thé rouge


En Chine il s’agit du thé noir que l’on connait en Occident. Ce que l’on nomme thé rouge est en fait une boisson rouge obtenue par infusion du Rooibos, un arbuste d’Afrique du sud apparenté à l’accacia. Il ne contient pas de caféine et très peu de tanins.

Les thés aromatisés


Tous les thés peuvent être aromatisés. Pour cela on leur ajoute des pétales de fleurs ou des fruits séchés, des épices, des huiles essentielles, ou des arômes naturels ou artificiels. Ainsi, on obtient du thé à la bergamote (Earl Grey), au jasmin, à la menthe, à la vanille, à la rose…

Thé en sachet


Les thés en vrac sont des thés obtenus à partir de techniques ancestrale et manuelle décrites dans cet article. Ils sont de qualité variable mais ne sont jamais mélangés. Le conditionnement du thé en sachet a été possible car des procédés industriels et mécanisés ont permis de produire du thé de manière plus rapide. Ces thés sont très souvent mélangés (provenances différentes) pour leur donner des arômes variés.

Et n'oubliez pas de lire le prochaine article sur les bienfaits du thé.





mercredi 9 novembre 2011

Le thé, les différents thés


thé en vrac
Contrairement à ce que peuvent croire beaucoup d’entre nous, les différentes sortes de thés ne proviennent pas de plusieurs espèces de théier ou de provenance géographique diverses. En fait ce qui fait qu’un thé est vert, noir, blanc… c’est son procédé de fabrication. En effet les feuilles de thé ne sont pas simplement séchées mais subissent des transformations et des traitements particuliers. On ne connait que les grandes étapes de ces procédés qui conservent encore des secrets de fabrication. Commençons avec les thés les plus bus en Occident.

Le thé vert


thé Gunpowder
Une fois les feuilles cueillies, elles entreposées de façon à les laisser flétrir et perdre ainsi leur couleur. Elles sont ensuite roulées puis chauffées. Cette étape permet de détruire l’enzyme responsable de l’oxydation des feuilles. Elles sont ensuite séchées par le feu (méthode chinoise) ou par des jets de vapeur (méthode japonaise).
Il existe de nombreuses variétés de thé vert de qualité variable, essentiellement produites par le Japon et la Chine : le Chun Mee, le Gunpowder qui est utilisé pour la préparation du thé à la menthe, le Long Jing, le Sencha ou le Gyokuro et bien d’autres encore.
Le thé vert, dont on vente souvent les mérites, connait un véritable engouement en Europe depuis quelques années et la demande est forte.


Le thé noir ou thé rouge



En Europe, on le nomme thé noir mais en Chine il est appelé thé rouge. La fabrication traditionnelle se déroule en 5 grandes étapes. Les feuilles sont entreposées quelques heures à l’air ou au soleil pour les laisser flétrir puis elles sont roulées. On les laisse ensuite fermenter dans un endroit chaud et humide puis elles sont soumises à une température de 90°C pendant quelques minutes. L’ultime étape est le tri des feuilles avant de les emballer.
thé noir
Les thés noirs sont fabriqués pour la plupart fabriqués en Chine, en Inde ou au Sri Lanka mais on en trouve au Népal, au Vietnam, au Kenya ou en Tunisie. Il existe différentes variétés de thé noir en fonction de la région de production. Les plus connus sont Darjeeling, Keemum, Earl Grey (thé aromatisé) ou Ceylan.

Le Thé Oolong


Il s’agit d’un thé semi-oxydé, situé entre le thé vert non oxydé et le thé noir complètement oxydé et de couleur bleu-verte. Après le flétrissage, les feuilles de thé sont brassées pour augmenter l’oxydation, séchées, puis roulées pour arrêter l’oxydation. Elles sont ensuite refroidies, séchées à nouveau, triées et emballées.
Il existe 4 catégories de thés Oolong : faiblement fermentés (entre 10 et 30%), fortement fermenté (entre 40 et 70%), Vieux Oolong torréfiés plusieurs fois (thé conservé plusieurs années et torréfiés régulièrement pour éliminer l’humidité qu’il absorbe au fil du temps), Jeunes Oolong torréfiés plusieurs fois (pour remplacer les vieux Oolong en voie de disparition).
Ces thés sont produits en Chine, à Taïwan ou en Thaïlande.


Dans le prochain article, nous nous intéresserons à des thés plus rares, comme les thés blancs ou jaunes et au thé rouge qui n'en en fait pas un.


mardi 8 novembre 2011

Le thé : origine, culture et qualité


Le théier ou arbre à thé



Le thé est la 2ème boisson la plus bu dans le monde après l’eau. Nous allons voir dans ce dossier que son origine lointaine a permis d’enrichir sa préparation et sa fabrication pour obtenir une large palette de thés. Aujourd’hui, on peut varier les plaisirs avec des thés verts, noirs, rouges, jaunes, blancs, aromatisés. Et nous verrons qu’il s’agit là bien de différents procédés de fabrication. Nous énumérerons ensuite ses différentes vertus car elles sont nombreuses. Mais commençons par nous intéresser à ses origines, sa culture et ce qui fait sa qualité.

Origine


Le thé est originaire de Chine. Sa découverte daterait de 2737 avant JC. Les feuilles de thé étaient broyées en fine poudre qui était ensuite bouillie. Mais c’est à partir du VIIème siècle qu’il est apparu sous sa forme infusée et est devenu une boisson très utilisée en Chine. Différentes légendes existent en Inde, au Japon ou en Chine, sur l’origine du thé.

Le thé est arrivé en Europe au XVIIème siècle, importé par des commerçants hollandais. Il a connu un véritable engouement en Angleterre. En revanche en France, le thé a été accueilli avec moins d’enthousiasme, les Français lui préférant le café.

Culture


Le thé est obtenu à partir des feuilles de théier, un arbuste originaire d’Extrême-Orient. C’est un arbre qui peut atteindre 10 à 15 mètres de haut. Mais pour en faciliter la récolte des feuilles, il est taillé à 1,50 mètre. Il existe 3 variétés de théier en fonction du climat.

La cueillette des feuilles de thé s’effectue dans de nombreux pays à la main, cependant elle peut être mécanisée. Elle a lieu plusieurs fois par an en fonction de la maturité de la feuille. Chaque cueillette fournira une qualité de thé différente.

Les principaux pays producteurs sont la Chine bien sûr, l’Inde, le Sri Lanka, le Vietnam, le Japon. Il existe une plantation de thé en Europe aux Açores mais la production reste pour l’essentiel destinée à une commercialisation locale.

Qualité


A la manière du vin, la qualité d’un thé dépend de beaucoup de paramètres :
  • La date de récolte, les feuilles jeunes offriront un thé plus de riche et plus raffiné. Le bourgeon est également très recherché.
  • Les variations de temps et de température influencent sur le goût du thé, qui affectionne le climat tropical humide,
  • La région et plus particulièrement le terrain sur lequel pousse les théiers,
  • La fabrication : elle est différente en fonction du type de thé (noir, vert, blanc, jaune…) et doit suivre des méthodes bien précises souvent tenues secrètes.
  • La préparation, elle diffère en fonction du type de thé et chaque thé à son protocole (la température, qualité, quantité de l’eau, temps d’infusion, nature du contenant…) pour délivrer les meilleurs arômes.
  • Le conditionnement du thé a sont importance : un thé en vrac offre une bien meilleure qualité qu’un thé en sachet (mélange de thés souvent de mauvaise qualité).


mercredi 2 novembre 2011

La pomme : un aliment santé


C’est le fruit le plus consommé en France, loin devant l’orange et la banane. Facile à manger et pratique à transporter, la pomme possède des vertus nombreuses et variées qui font d’elle un aliment bon pour la santé, à consommer sans modération.

 la pomme, bonne pour la santé

Ses atouts santé


La pomme est excellente pour la santé. Voici ses principales vertus :
  • Riche en fibres et surtout en pectine qui participent à la régulation du transit intestinal et favorise la digestion. La pectine aide à diminuer l’absorption du cholestérol en formant un gel lors de la digestion.
  • Pauvre en calories : 40 à 50 kcal/100g,
  • Effet coupe-faim : la pomme  est un allié de choix dans les régimes en diminuant les envies de grignotage et en apportant satiété,
  • Pouvoir désaltérant, elle contient 85% d’eau. Idéale après un effort physique, la pomme réhydrate.
  • Concentré de vitamines, la pomme contient une forte teneur de vitamine C mais aussi de la vitamine A, B9, B1, B2, PP, B5, B6 et E ainsi que des sels minéraux comme le potassium, le magnésium et le phosphore.
  • Riche en antioxydants qui aident à lutter contre les radicaux libres et en flavonoïdes qui diminuent les risques de cancers et ont des effets bénéfiques contre les maladies cardio-vasculaires et respiratoires et le diabète de type II.
  • Détoxifiante, elle favorise l’élimination des toxines.

pommes, à déguster sans modération

Mieux vaut la consommer avec sa peau car elle contient plus d’antioxydants et de flavonoïdes que la chair ainsi que des triterpènes que ne possède pas la chair. Ceux-ci auraient des propriétés anti-inflammatoires, antivirales et anticancéreuses.

Ses bienfaits pour la peau


En cosmétique naturelles la pomme est souvent utilisée. On la trouve sous 3 formes :
  • l’eau végétale de pomme (eau constituante de la pomme), remplie de sels minéraux et de vitamines, qui accélère le processus de renouvellement cellulaire.
  • l’huile de pépin de pomme, rare et chère, contient beaucoup d’acide linoléique (composant du sébum), ainsi que de la vitamine E. Elle nourrit, hydrate et revitalise la peau. Grâce à ses polyphénols, elle permet de lutter contre le vieillissement de la peau.
  • l’extrait aromatique de pomme (sous forme de poudre), riche en triterpènes, vitamines E et phytostérols. Ils permettent de stimuler le processus de régénération de la peau, d’affiner et de tonifier le grain de peau et d’estomper les rides.

Le jus de pomme ou le vinaigre de pommes sont souvent utilisés dans les soins capillaires afin de redonner brillance et force aux cheveux. On trouve également des cosmétiques aromatisés à la pomme, et qui ont pour seul atout, le plaisir olfactif.


pommes : une multitude de variétés et de bienfaits

Quelques cosmétiques à la pomme




Une petite sélection de cosmétiques bio à base de pomme :
  • Gommage aux pépins de pomme bio de chez Nature et Découverte
  • Huile légère Originelle de Pomarium
  • Crème riche jeunesse de Efibio
  • Gel douche Pomme de Reinette de Arôma
  • Baume fondant et apaisant de IsB

lundi 24 octobre 2011

L'huile d'Andiroba

huile végétale d'Andiroba

Origine de l’huile d’Andiroba



Originaire du Brésil, l’huile d’Abdiroba est obtenue par pression à froid de la noix de l’Andiroba. Cet arbre, que l’on trouve en Amazonie, produit une bogue à la manière des châtaigniers qui s’ouvre pour libérer des noix de couleur marron et lisses d’aspect. La chair de ces fruits blanche à rosée est gorgée d’huile.

L’huile obtenue est de couleur jaune pâle, légèrement odorante. C’est une huile grasse et il vaut mieux la mélanger avec une huile de noisette ou de macadamia pour favoriser sa pénétration.

Composition de l’huile d’Andiroba


L’huile d’Andiroba est composée:

  • d’oméga 6 (acide gras essentiel) pour le maintien de l’élasticité et de la souplesse de la peau,
  • d’oméga 9 (acide oléique) qui nourrit la peau et la rend éclatante,
  • de triterpènes qui lui apportent des qualités anti-inflammatoire, anti-oxydante, antalgique, antibactérienne, antivirale, antifongiques, antiallergique et répulsive.
  • de limonoïdes (responsable de l’amertume, présents aussi dans les agrumes), au pouvoir antioxydant pour lutter contre le vieillissement cellulaire.

Ses utilisations


L’huile d’Andiroba possède de nombreuses utilisations.
En huile de massage, elle est apaisante et décontractante et peut être utilisée par les sportifs. Elle permet de soulager les douleurs musculaires liées à des coups, des contusions, des hématomes ou des œdèmes. Elle est aussi efficace pour soulager les douleurs provoquées par les rhumatismes ou l’arthrose.

Additionnée d’huiles essentielles, elle sert de soin amincissant pour drainer et lutter contre la formation de la cellulite.

En soin du visage, elle aide à lutter contre les effets du soleil. C’est également une huile efficace dans le traitement des problèmes cutanés tels que l’acné, l’eczéma, le psoriasis. Elle a des propriétés cicatrisantes
L’huile d’Andiroba redonne brillant et souplesse aux cheveux. Elle permet d’éliminer les poux.

C’est également un excellent répulsif contre les moustiques, les mouches et moucherons, les tiques ou les puces. Elle peut être mélangée avec l’huile de neem pour une action couplée. Elle est utilisée pour le traitement du bois contre les insectes.

Où la trouver ?


L’huile d’Andiroba s’achète en pharmacie, parapharmacie ou bien dans les magasins bio ou sur internet. Il est nécessaire de bien vérifier qu’elle soit pure et de première pression à froid.
On la trouve également dans certains cosmétiques sous la dénomination scientifique Carapa Guaianensis :

  • L’huile de massage décontractante, Bio-beauté de NUXE,
  • L’huile fondante démaquillante EKIA
  • Le sublimateur de teint à l’urucum de Naturalia,
  • Le shampoing douche à l’extrait de vignes rouges des Laboratoires Body Nature

mardi 18 octobre 2011

Laits végétaux : une alternative au lait de vache


Les laits végétaux séduisent de plus en plus de consommateurs. La digestion du lait de vache est difficile pour une part grandissante de la population (presque 25% des adultes). Les laits végétaux peuvent donc présenter une bonne alternative.
lait de vache ou lait végétal?

Quels sont-ils ?


Les plus connus


Les plus courants sont les laits de soja, de riz ou d’amandes. On les trouve désormais facilement en grandes surfaces ou dans les magasins bio. Ils se présentent sous forme de brique ou sous forme de poudre à diluer dans de l’eau.
Le lait de soja ou le lait de riz se déclinent désormais sous différentes formes : aromatisé, enrichi en calcium, de croissance, desserts sucrés, crème végétale…

Les autres


On trouve également des laits de noisettes, noix de coco, pistaches, châtaignes, courge, sésames, tournesol, pois chiche, blé, cacahuètes, quinoa, avoine, orgeat… Ils sont plus rares et plus difficiles à trouver. Mais on peut les fabriquer soi-même en extrayant leur « jus » en les faisant bouillir dans de l’eau puis en filtrant le jus.

Leurs avantages


Les laits végétaux ne contiennent pas de lactose, responsable de l’intolérance au lait de vache.
Ils contiennent :
  • des vitamines et des minéraux nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme,
  • des oligo-éléments, qui jouent un rôle dans le renouvellement cellulaire ou le système immunitaire,
  • des acides aminés essentiels, non synthétisés par le corps et qui interviennent dans de nombreux domaines (structurel, immunitaire, enzymatique, hormonal, respiratoire…)
  • des acides gras essentiels, indispensables pour le renouvellement cellulaire et le système nerveux.

Souvent sucrés naturellement, les laits végétaux ont des goûts plus ou moins différents. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles saveurs. Ils se cuisinent bien mais ne permettent néanmoins pas de fabriquer des yaourts faits maison.

Et l’apport en calcium ?


Certains laits végétaux sont naturellement riches en calcium comme les laits d’amandes ou de châtaignes. On trouve maintenant du lait de soja ou de riz enrichi en calcium.

Le lait de vache n’est pas le seul aliment qui puisse apporter du calcium. On trouve du calcium dans les légumes secs (haricots rouges ou blancs), les légumes frais (brocoli, fenouil, cresson, épinard) ou les fruits qu’ils soient secs (amande, noix, datte, figue, raisin) ou frais comme les fruits rouges notamment le cassis, la figue fraîche, l’orange. On en trouve aussi dans de nombreux poissons ou crustacés (moule, coquilles St Jacques, bar, sole, crevette, perche, truite).

Les laits de brebis, d’ânesse, de chèvre, de jument, de bufflone… et leurs fromages sont autant de laits plus faciles à digérer qui apportent également du calcium.


jeudi 13 octobre 2011

La détox : adopter les bons gestes


On l’a vu dans les précédents articles (qu'est-ce que la détox et détox mode d'emploi), l’alimentation joue un rôle primordial. Il est bien aussi d’adopter en parallèle quelques bonnes attitudes qui contribueront à mieux éliminer les toxines.

Détox : les bons gestes

Les gestes du quotidien à limiter


Tout d’abord, il faut réduire au maximum les consommations en alcool, café, cigarettes. L’hygiène de vie doit être la meilleure possible. De même la cuisine festive ou industrielle est à éviter absolument. Mieux vaut repousser une cure de quelques jours plutôt que de faire un repas de famille ou un restaurant au beau milieu d’une cure. Les effets en seront réduits.

Quelques autres gestes liés à l’alimentation doivent être corrigés : saler peu, remplacer le sucre blanc par du miel ou du sirop d’agave, boire beaucoup.

Pratiquer une activité physique modérée


Une activité physique permet d’évacuer les déchets notamment par la sueur, nettoyer la peau, brûler les graisses. Une activité modérée suffit, pas besoin de faire de gros efforts : de la marche, de la natation, de la gym douce, du yoga. Bien sur si vous êtes habitués à courir ou faire du fitness, mieux vaut poursuivre votre sport.
Vous pouvez également prendre quelques minutes plusieurs fois par jour pour faire quelques exercices de respiration en prenant le temps de bien inspirer et expirer.

Prendre soin de soi


Pendant la cure de détox, profitez-en pour vous occupez de votre corps. Un auto-massage quotidien permettra de stimuler l’activité de la lymphe et amplifier l’élimination des toxines. Un massage en institut pourra avoir également un effet délassant.

Vous pouvez également prévoir des bains purifiant, revivifiant à l’aide d’huiles essentielles ou de plantes aromatiques. Le hammam ou le sauna sont de bons moyens pour débarrasser le corps de ses impuretés.

L’activité sportive, les exercices de respiration, massages ou bains devraient vous apporter un maximum de détente car il est important d’éviter les moments de stress et les angoisses qui freinent le processus d’élimination.

Ne pas en abuser de la cure de détox


Une cure de détox ne doit pas être répétée trop souvent ni être effectuée sur une trop longue période. Le corps risque de s’épuiser à la longue et c’est l’effet inverse de celui escompté. Si vous avez des doutes, mieux vaut consulter votre médecin généraliste, un nutritionniste ou un diététicien qui vous indiquera la marche à suivre.

La détox n’est pas recommandé pour les enfants ou les adolescents qui sont en pleine croissance, aux femmes enceintes qui ont leur organisme est déjà fragilisé. Une cure de détox s’entame également lorsqu’on est en bonne santé.


La détox est une hygiène de vie assez simple à adopter car elle ne demande pas beaucoup d’investissement de temps (préparation des repas simple et rapide), les résultats sont rapides et elle contribue au bien-être du corps.


mercredi 12 octobre 2011

La détox, mode d'emploi


Il existe de nombreuses méthodes : à base de fruits uniquement, ayurvédiques, mini-cures après les fêtes, la cure acide-base, la cure de détox cru, aux changements de saison… Plus généralement, le principe est assez simple : revenir à des aliments de base et éliminer le superflu. Il suffit d’écouter son corps et de lui offrir une cure de détoxification quand un manque de vitalité se fait ressentir.

Quels aliments pour la détox ?



Il ne s’agit pas de faire une diète stricte mais bien d’alléger son alimentation. On choisira donc des aliments de base :

légumes, soupes
  • des fruits et des légumes à volonté et à chaque repas,
  • des féculents, en les consommant al dente et avec parcimonie,
  • des céréales tels que le riz, le quinoa ou le boulgour.
  • du poisson, cuit en papillote ou à la vapeur
  • un peu de viande, en limitant les viandes rouges et en adoptant une cuisson sans matière grasse
  • un filet d’huile crue (olive, colza, noix…) sur les crudités, les salades, les poissons,
  • des herbes fraîches comme la coriandre, du persil, du basilic, de la ciboulette lorsque la saison le permet.
Il faut absolument bannir, les produits industriels ou raffinés: plats cuisinés, gâteaux, charcuterie, sauces, glaces, beurre, fromages, yaourts… L’alimentation pendant la cure de détox doit restée la plus simple et la plus saine possible. On évitera également les sodas, l’alcool et les jus de fruits qui ne sont pas 100% pur jus. Le pain blanc n’est pas recommandé non plus lors d’une cure de détox, on lui préférera du pain complet ou aux céreales par exemple.

Les fruits et les légumes à volonté


fruits et légumes à volonté
Pour détoxifier le corps, on se tourne vers les fruits et les légumes en priorité. Leur consommation se fera à volonté étant donné leurs faibles apports caloriques. Comme il s’agit de faire le plein de vitamines et d’antioxydants, mieux vaut les consommer frais, bio (pour éviter les pesticides et autres pollueurs), de saison et sans les cuire trop longtemps pour conserver un maximum de bienfaits.

Les légumes verts sont particulièrement adaptés à la cure de détox : choux, poireaux, asperges, cresson, avocat, l’artichaut mais aussi le radis noir, la betterave… Pour les fruits, la pomme, le kiwi, le raisin ou les pruneaux ou les fruits rouges sont connus pour leurs propriétés détoxifiantes. N’oublions non plus le citron qui participe au nettoyage du système digestif et à l’élimination des toxines.

Les fruits et les légumes, consommés frais ou cuits, permettent de faire le plein de vitamines et d’oligo-éléments pendant la cure. Leurs bienfaits permettront ainsi d’augmenter les défenses immunitaires, lutter contre le vieillissement des cellules, aider au bon fonctionnement des systèmes cardio-vasculaires et nerveux et retrouver tonus et santé. Il est donc nécessaire de veiller à leur bonne qualité.

Drainer


drainer et éliminer
Voilà vous avez allégez votre alimentation. Votre corps commence à se nettoyer. Maintenant il va falloir éliminer les toxines et donc drainer. Pour cela il existe plusieurs solutions :

  • boire beaucoup d’eau plate ou gazeuse,
  • boire des tisanes ou infusions de romarin, de fenouil, de queue de cerises, de pissenlit… Ces tisanes possèdent des vertus diurétiques et dépuratives qui favorisent l’élimination,
  • boire du thé : vert de préférence, qui permet l’élimination des graisses,
  • boire des bouillons et des soupes



mardi 11 octobre 2011

La détox : qu'est-ce que c'est?

Voici le dossier du mois : la détoxification. On en entend beaucoup parler en ce moment et à l'entrée de l'hiver, ce peut être un bon moyen de préparer son corps à affronter le froid. Aujourd'hui nous allons donc voir à quoi sert une cure de détox. Puis nous verrons dans la pratique ce qu'est une cure de détox et enfin les bons gestes à adopter en parallèle.


drainer, purifier


Il s’agit d’un régime alimentaire ou diète légère de plusieurs jours ou semaines qui permet de nettoyer le corps en éliminant les toxines accumulées.

A quoi sert la cure de détox?


Le corps est soumis à toutes sortes de pollutions par l’intermédiaire de notre alimentation ou notre environnement : substances chimiques, tabac, alcool, café, alimentation (graisses, additifs, colorants, conservateurs…). Le stress et les contrariétés affaiblissent également notre capacité à évacuer les déchets. Autant de facteurs qui freinent le processus d’élimination des toxines. De plus, notre corps produit chaque jour des déchets qui au fil du temps peuvent encrasser notre organisme si ils ne sont pas tous éliminés correctement.

Les toxines sont éliminées de manière naturelle par le corps. Mais les polluants et l’augmentation des déchets dus à une mauvaise hygiène de vie augmentent considérablement la quantité de toxines. Et l’organisme ne suit tout simplement pas le rythme pour tout drainer. Il faut alors lui donner un petit coup de pouce et c’est là le rôle de la détox.

Quand et comment faire une cure de détox ?


Cela se manifeste en général par une baisse de tonus, une mauvaise humeur, un sommeil peu réparateur, des maux de tête, un teint terne, une digestion difficile, de la rétention d’eau… C’est souvent aux changements de saisons que ces baisses d’énergies se font ressentir. C’est donc à cette période qu’une meilleure hygiène de vie peut être utile.

Il s’agit d’adopter une alimentation équilibrée et choisie, riche en fibres et pauvre en graisse afin de stimuler le mécanisme d’élimination des toxines. Les organes tels que le foie, les reins, la peau ou les poumons vont travailler à plein régime et éliminer un maximum de toxines. On peut opter pour une à deux cures de 2 à 3 semaines par an, en général au printemps et à l’automne, ou bien des micros cures à chaque début de saison ou une fois par mois.

cure de détoxification

Quels sont les bénéfices ?


La cure de détox purifie le corps aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les effets se ressentent assez vite : vitalité bien-être, tonus, forme. La peau redevient éclatante, les cheveux sont en bonne santé, on se sent plus léger et plus tonique.

Même si la cure de détox n’a pas pour but de faire maigrir, elle peut être un bon début pour adopter une alimentation saine et équilibrée. 








mardi 4 octobre 2011

Le raisin bon pour la forme


Le raison est l’aliment idéal pour faire le plein d’énergie avant d’affronter le froid de l’hiver. Voici un petit tour d’horizon de ce fruit santé gorgé de bienfaits.

raisin blanc

raisin rouge

Sa composition


Il contient :
  • du fructose et du glucose, sucres naturels,
  • de la vitamine B et C,
  • des sels minéraux,
  • des oligo-éléments (calcium, fer, potassium, magnésium, manganèse)
  • des flavonoïdes (polyphénols), puissant antioxydant,
  • du resvératol


Ses bienfaits


Grâce à ses antioxydants, il aide à maintenir les systèmes nerveux et cardio-vasculaire en bonne santé, protégeant ainsi contre le mauvais cholestérol ou la maladie d’Alzheimer. Le raisin rouge est d’ailleurs plus riche en antioxydants que le raisin blanc. Les antioxydants participent également à la lutte contre le vieillissement cutané.

Le resvératol, présent dans la peau du raisin, possède des propriétés anti-cancer et anti-inflammatoires.
Il améliore l’endurance en apportant énergie et tonus. Il aide à lutter contre les coups de fatigue.

Les diabétiques doivent cependant limiter sa consommation car il est riche en sucre. En excès, il peut irriter les intestins fragiles.

Comment le consommer ?


Frais, en cure, il permet de détoxifier l’organisme, renforçant ainsi ses défenses pour passer l’hiver en bonne santé. Il est idéal pour les sportifs et les enfants en pleine croissance et leur apporte de l’énergie. Il a des effets bénéfiques également sur la peau favorisant l’éclat du teint et luttant contre les effets du vieillissement. Sa pulpe additionnée de miel par exemple, est excellente pour la peau.

L’huile de pépin de raisin est également très bonne pour la santé. Elle peut s’utiliser pour assaisonner les salades et crudités et supporte bien les températures élevées pour les fritures.

1 verre de vin par jour réduirait les risques de cancer et protègerait des problèmes cardio-vasculaires. Le jus de raisin possède des vertus similaires.

Les raisins secs, riches en oligo-éléments comme le fer, le manganèse, le potassium, le cuivre ou le phosphore permettent de lutter contre les baisses de forme.

Les feuilles de vigne, en phytothérapie, sont très réputées pour lutter contre les jambes lourdes.
On ne compte plus les nombreuses utilisations et tous les bienfaits du vinaigre de vin.

En cosmétique, les pépins sont surtout utilisés pour leur forte teneur en polyphénols. On leur prête des vertus adoucissantes, exfoliantes et hydratantes.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...