jeudi 31 octobre 2013

Mieux connaitre le piment

Piment rouge, piment vert

Souvent regardé avec méfiance, le piment est pourtant un atout précieux pour l’organisme. Peu habituées, nos papilles émettent quelques réticences, alors que dans certains pays, il est un composant incontournable des plats locaux et traditionnels.  

Origine et histoire du piment

Le piment est le fruit d’une plante potagère du même nom et originaire d’Amérique du Sud. Le piment est utilisé depuis plusieurs millénaires.

Il existe de nombreuses variétés de piment dont le piment d’Espelette, le piment oiseau, le tabasco, le habanero, paprika, le pili-pili ou le piment de Cayenne. L’intensité de leur goût varie en fonction des variétés. La molécule responsable du « piquant » est la capsaïcine. Cette molécule, insoluble dans l’eau, permet d’éloigner les prédateurs du piment (insectes et champignons).

A noter que dans certains pays, on qualifie de piment doux, le poivron.

Bienfaits et méfaits du piment

  • Bienfaits

Le piment a fait l’objet de différentes études qui ont mis en évidence certaines de ses vertus. Tout d’abord, le piment renferme des antioxydants (flavonoïdes, vitamine E et capsaïcine), capable de limiter les effets du vieillissement et de réduire les risques cardio-vasculaires et cancéreux.

Le piment pourrait aider à la perte de poids car il possède un effet coupe-faim. De plus il est peu calorique (moins de 10 kcal pour 100 g). Il permettrait également d’abaisser le taux de glycémie lors d’un repas pimenté. L’hiver, il renforce le système immunitaire et dégage les sinus.

Le piment contient des vitamines, C, B6 et K ainsi que des minéraux, fer, manganèse et cuivre, tous indispensable au bon fonctionnement de notre métabolisme.

  • Méfaits

La poudre de piment, comme bon nombre de produits en poudre ou les graines, peut contenir des mycotoxines (champignons), cancérigènes et nuisibles.

Le consommer en excès peut provoquer des problèmes digestifs et augmenter le risque de cancer de l’estomac. Sa consommation est contre-indiquée en cas d’hémorroïdes ou de maladies articulaires.

D’autre part la manipulation du piment nécessite de prendre certaines précautions. Mieux vaut se munir de gants pour le travailler car il peut entrainer des démangeaisons ou des sensations de brûlures et de picotements. On l’a vu le piment est hydrophobe, mieux vaut donc boire quelques gorgées de lait ou d’un corps gras pour éteindre le feu du piment.

Utilisations du piments

En cuisine, le piment peut être consommé frais, séché, mariné dans du vinaigre ou en poudre. Il se congèle très bien. On le retrouve dans des plats typiques comme le chili con carne, la salsa, le goulasch, les tacos, les currys ou les plats exotiques. Le piment se marie bien avec les fruits et les légumes dans les gelées ou sorbets. Enfin le piment est parfois associé au chocolat dont il amplifie la saveur.


C’est un bon insecticide naturel. Il suffit de l’écraser, de le mélanger à de l’eau et de le pulvériser sur la plante. Certains l’utilisent dans les cataplasmes pour soulager les douleurs articulaires ou les tensions nerveuses. Toujours en application externe, il atténue les maux de tête et stimule la circulation sanguine.


lundi 28 octobre 2013

L'huile végétale de Yangu


Graines de Calodendrum Capense - huile de Yangu
source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Calodendrum_capense,_dro%C3%AB_vrugte,_a,_Uniegeboutuine.jpg

Obtenue par pression à froid des graines, l’huile végétale de Yangu est une huile originaire d’Afrique. Le Calodendrum Capense, arbre dont elle est issue, appartient à la même famille botanique que les agrumes et donne de magnifiques fleurs roses.

L’huile de Yangu renferme des oméga 6 et 9 qui apportent souplesse, nutrition et hydratation à l’épiderme.


Très pénétrante, l'huile de Yangu s’utilise aussi bien sur la peau que les cheveux. Elle permet de réguler la production de sébum et de discipliner les cheveux bouclé ou frisottant. Elle leur offre également une protection contre les rayons du soleil. Alliée des peaux mixtes et grasses, elle les rééquilibre. C’est également une huile matifiante. 


samedi 26 octobre 2013

La nature en photo

Pas de panier du marché cette semaine, les vacances ont un peu bousculé le rythme. A la place je vous propose d'admirer les dernières fleurs entre soleil et pluie.

Dernières fleurs entre soleil et pluie


Dernières fleurs entre soleil et pluie


Dernières fleurs entre soleil et pluie

vendredi 25 octobre 2013

Recette : faire sa pectine



Dans la plupart des cas lorsque je fais de la confiture, je n'ajoute pas de pectine. Fruits, citron et sucre sont mes seuls ingrédients. La méthode est plus longue mais je trouve que du point de vue du goût on est largement gagnant. J'ai entendu il y a peu de temps qu'on pouvait réaliser sa pectine et la conserver au congélateur. Du coup, ça ouvrait le champ des possibilités : rattraper une confiture qui n'a pas bien pris, étendre ma gamme de confiture à des fruits et des légumes, pauvre en pectine sans forcément l'associer à de la pomme. On peut aussi utiliser aussi les pépins et la peau de pommes fraîches dans une mousseline, mais il n'y a pas de pommes toute l'année.  Là, du fait que sa conservation est possible au congélateur, on peut en disposer toute l'année.

J'ai cherché à droite, à gauche et je me suis élaborée une recette que je vous livre :

Il vous faut : des pommes (à compote par exemple) et ...de l'eau.

Lavez vos pommes, puis coupez-les en petits cubes, en conservant la peau et les pépins. Mettre à cuire dans une casserole en recouvrant d'eau sur feu vif jusqu'aux premiers bouillons. Abaisser le feu et laisser cuire 30 minutes. Versez ensuite vos morceaux de pommes cuites une passoire et laissez égoutter pendant une nuit.

Le lendemain remettre à cuire le jus jusqu'à ce qu'il ait réduit de moitié. J'ai ensuite versé ma préparation dans des bacs à glaçon que j'ai congelés. Compter environ 7 à 8 cubes (140 à 160 g) par kg de fruits ou de légumes cuits pour aider à prendre votre confiture.

Faire sa pectine

jeudi 24 octobre 2013

La châtaigne aux couleurs de l'automne

La Châtaigne, fruit d'automne


Devenu fruit saisonnier, la châtaigne, autrefois consommée tout au long de l’hiver, fait son arrivée dans nos étals, à moins que sa cueillette ne soit prétexte à de belles ballades automnales.

Origine et histoire de la châtaigne

Fruit du châtaigner, la châtaigne était autrefois très utilisée dans l’alimentation, servant même d’aliment de base. Elle était conservée tout l’hiver.  Le châtaignier est un arbre millénaire très présent dans tout l’hémisphère Nord (régions tempérées), originaire de Turquie. Elle est produite par de nombreux pays du bassin méditerranéen. La châtaigne d’Ardèche a obtenue une AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).

Il existe de très nombreuses variétés : les hybrides (Marigoule, Bournette, Bouche de Bétizac...) et les autres (Bouche rouge, Dorée de Lyon, Sardonne, Pourette, Figarette, Comballe...) qui varient en taille et en couleur.

On parle parfois de marron en désignant la châtaigne (crème de marron, marrons glacés...). Attention tout de même à ne pas confondre avec le marron (marron d’Inde) qui n’est, quant à lui, pas comestible et que l’on retrouve dans les parcs en ville. La châtaigne possède une peau amère sous sa coque et est cloisonnée en plusieurs parties contrairement au marron dont la chair forme un seul et unique bloc compact.

Composition de la châtaigne


Dans la châtaigne on retrouve :
  • Des glucides sous forme d’amidon, de saccharose et de dextrines, qui la rendent particulièrement digeste,
  • Des fibres, douces et bien tolérées,
  • Des vitamines, C et certaines de la famille des vitamines B
  • Des minéraux, potassium, calcium, manganèse, magnésium, phosphore, cuivre...
  • Des polyphénols, antioxydants naturels.

Il faut compter environ 175 kcal pour 100 g de châtaigne crue, ce qui plutôt énergétique. Elle contient très peu de lipides. C’est un fruit rassasiant.

Utilisations de la châtaigne

On peut la consommer grillée au four ou dans une poêle trouée, bouillie, fraîche, confite, en confiture, en sirop, en liqueur, en farce ou en purée. Elle est utilisée indifféremment comme fruit ou comme légumes agrémentant dessert, viande ou plats. Elle est souvent servie en fin d’année pour les fêtes.


Il existe aussi de la farine de châtaignes, farine sans gluten, que l’on peut incorporer aux gâteaux, crêpes, muffins... et découvrir ainsi de nouvelles saveurs.


mardi 22 octobre 2013

DIY : relooking suspension pour une chambre d'enfant

Suspension papillon

Depuis quelques semaines mon mari est un peu plus disponible. J'ai donc profité de cette aubaine pour refaire la chambre de notre fille dans les tons mauve, violet et blanc, selon son souhait. On quitte le monde de bébé, pour entrer dans celui des petites filles, c'est aussi ça l'entrée au CP. On a tout de même pas encore pu se séparer des peluches, ce qui me fait dire que finalement elle ne grandit pas si vite (on se rassure comme on peut, hein?!). Voilà donc de quoi m'occuper avec quelques DIY dans les jours à venir.

D'ailleurs ma fille s'impatiente, et souhaiterai que j'aille plus vite. Malheureusement, j'ai aussi  3 kg de châtaignes qui attendent de se faire transformer en confiture, des pommes et des coings qui doivent subir à peu près le même sort et des kilos de piments qui me sont arrivés par hasard. De çà, je vous parlerai plus en détail la semaine prochaine.
Suspension papillon


1er de la série DIY pour chambre de petite fille : la suspension. Cette suspension est toute simple, assombrit la pièce et n'est pas en adéquation avec le thème. Qu'à cela ne tienne, transformons-là.
J'ai enlevé le tissu à coup de ciseaux et de cutter. Je m'en suis un peu vu, il était bien collé.



Pour donner plus de clarté à la pièce, je me suis orientée sur un papier calque, laissant mieux passer la lumière donc, un peu épais (des grandes feuilles qui servent à réaliser les plans). J'ai utilisé la suspension pour faire le gabarit sur ma feuille calque. J'ai fait 2 côtés par 2 côtés de la pyramide. J'aurai aimé le faire d'un seul tenant mais ça ne rentrait pas dans la feuille. Et j'ai ensuite collé. Pour la finition j'ai utilisé du masking tape et des perforatrices papillons avec des papiers assortis. Il m'a fallu 1h30 pour la relooker. 


Suspension papillon

Suspension papillon

lundi 21 octobre 2013

L'huile végétale d'Inca Inchi


Graines d'Inca Inchi- Source

Obtenue à partir des graines de la plante grimpante du même nom, l’huile d’Inca Inchi va chercher son origine dans la forêt amazonienne.

C’est une huile pénétrante qui ne laisse pas de film gras sur la peau. Elle contient une proportion élevée d’ oméga 3, mais aussi des oméga 6 et 9, indispensables à la bonne santé de la peau. Ils lui apportent souplesse, élasticité et hydratation, la nourrissent intensément et l’adoucissent.

L’huile végétale d’Inca Inchi possède en outre, des qualités anti-inflammatoires grâce sa combinaison oméga 3 et stérols, des antioxydants naturels. Elle permet donc de soulager rougeurs et irritations. Son activité antioxydante est d’autant plus grande qu’elle renferme également de la vitamine E, réputée pour son action anti-vieillissement.


L’huile d’Inca Inchi est également utilisée en cuisine pour ses vertus diététiques (richesse en oméga 3 et 6). Consommé régulièrement, elle permet de prévenir les maladies cardio-vasculaires et améliore le renouvellement cellulaire. Ne supportant pas la cuisson, elle s’utilise à froid. 



samedi 19 octobre 2013

Dans mon panier cette semaine #1


Je me suis dit que ça pourrait être sympa de partager avec vous mon panier de la semaine avec ce que j'ai pu dégoter au marché. Alors voilà la nouvelle rubrique "dans mon panier".

Comme je vous en avais déjà parlé , je fais mon marché toutes les semaines. Mes légumes sont toujours locaux et de saison. Pour les fruits, nous avons beaucoup moins de choix dans la région donc je ne me sers pas uniquement chez les producteurs locaux. Mais je veille à les prendre de saison.

Cette semaine, donc, nous avons :

  •  les 1ères courges : une butternut et des petites courges. Je me suis dit qu'à l'approche d'Halloween, je pourrais sûrement les customiser. Reste juste à trouver une idée...
  • un céleri-rave que je vais râper et accompagner une sauce à la purée d'amande,
  • les dernières aubergines probablement, vous avez pu découvrir ma recette hier,
  • des tomates coeur de boeuf, les dernières également,
  • des girolles. Ca me rappelle un peu mon enfance quand on allait en cueillir avec mon grand-père. Elles seront dégustées en omelette. 
  • des oignons rouges,
  • et pour les fruits : pommes gala, coings (j'ai un peu triché, c'est mon Papa qui me l'a donné), poires Guyot. Il y avait du raisin aussi mais il n'en reste déjà plus!
Et vous? Qu'est-ce que vous avez mis dans votre panier?



jeudi 17 octobre 2013

Le coing, fruit d'automne

Le coing


La saison furtive du coing arrive, l’occasion de découvrir un peu mieux ce fruit.

Histoire du coing


Le coing est le fruit du cognassier, un arbre millénaire, originaire d’Asie mineure. Il semble même que son origine soit plus ancienne encore que la pomme. Il a été introduit en Europe au Moyen-âge. C’est un fruit qui se déguste cuit, sa chair épaisse au goût prononcée ne permet pas de le manger cru.

Étonnement, il ne fait pas l’objet d’enjeu commercial. Le coing ne se trouve quasiment pas en magasin et il n’existe pas de grandes plantations de cognassiers. C’est un arbre que l’on retrouve dans de petits vergers et souvent le coing est donné par des amis ou de la famille qui en cultive un peu.

Composition et bienfaits du coing


Il apporte peu de calorie (30 kcal/100g) mais beaucoup de fibres composées de pectine et de tanins. C’est d’ailleurs l’un des fruits le plus riche en fibres. Elles jouent un rôle protecteur pour les intestins et peuvent aider à abaisser l’index glycémique ou le cholestérol. C’est un anti-diarrhéique et un antiseptique. Il stimule le métabolisme.

Du côté des vitamines, le coing contient beaucoup de vitamine C qui est en grande partie détruite lors de la cuisson puisque le coing ne se consomme pas cru ainsi que des vitamines A et B. Les minéraux qu’il renferme, sont le phosphore, le magnésium, le calcium et le potassium.

Que faire avec le coing


Ses graines pilées ou son jus permettrait de soigner les gerçures et les crevasses et calmer la toux. Additionné d’huile d’olive, le coing soulage les peaux fragiles, irritées ou très sèches. Pour les cheveux secs et abîmés, appliquer une fois par semaine une préparation obtenue en faisant macérer ses graines dans de l’eau.


En cuisine, le coing peut se manger en compote, à la poêle pour accompagner des volailles ou le gibier mais aussi dans les tajines ou les ragoûts, en gratin, en gelée ou en pâte de fruits. 


mercredi 16 octobre 2013

Ballade automnale autour des champignons

Champignons

Au cours de notre balade dominicale (je vous ai parlé hier ), nous avons poussé jusque dans un bois avec l'espoir de trouver quelques champignons.
Nous n'avons pas été déçu puisque nous en avons vu plein de variétés. Par contre pas d'omelettes aux champignons le soir car nous avons seulement trouvé un bolet, une coulemelle et quelques trompettes de la mort. Pour le reste nous ne les connaissons pas. Avis aux connaisseurs! En revanche ma fille a pu emmener ceux que nous avons identifiés à l'école car le lundi, ils ont un temps de parole pour parler de ce qu'ils veulent, en rapport avec l'automne, thème du moment.

Pour le plaisir des yeux je partage nos trouvailles avec vous. J'adore toute cette diversité de couleur et de forme. Pas vous?


Champignons
Champignons

Champignons

Champignons

Champignons


Champignons

Champignons

Champignons

Champignons

Champignons

Recette : aubergine façon street food

Aubergine façon street food


 J'ai encore trouvé des aubergines chez mon producteur local, probablement les dernières. Moi je suis plus légumes de printemps et d'été. Alors quand j'ai vu que les choux étaient arrivés, j'ai préféré repoussé leur achat d'une semaine encore, sachant que pendant les 6 prochains mois ils seront à l'honneur.

Du coup pour faire honneur à ces dernières aubergines, je me suis lancée dans une recette toute nouvelle. Une des choses que j'affectionne faire (et manger surtout!) avec les aubergines ce sont les caviars. Dans cette recette, on retrouve l'aubergine en caviar et poêlée. Je l'ai associée au cornbread, la polenta lui donnant un petit côté croustillant.

Ingrédients :


  • 3 aubergines (2 pour le caviar, 1 découpée en tranches qui seront poêlées),
  • des copeaux de parmesan frais,
  • des pignons grillés à sec,
pour le cornbread : 
  • 140g de farine de blé,
  • 140 de polenta ou de farine de maïs,
  • 2 oeufs,
  • 100g de beurre,
  • 50g de sucre,
  • 3g de sel,
  • 150g de lait.

Pour la réalisation du caviar d'aubergine c'est par ici.

Pour le cornbread : battre les 2 oeufs avec le sucre et le sel. Ajouter la polenta et mélanger. Ajouter la farine, mélanger à nouveau. Faire fondre le beurre et l'ajouter à la préparation. Terminer par le lait et remuer.
Mettre ensuite votre préparation dans un moule à gratin (pour qu'elle est environ 3 cm de haut) et placer au four préchauffé à 180°C pendant 20 minutes. Piquer à l'aide d'un couteau  pour vérifier la cuisson.

Une fois cuit, laisser refroidir votre cornbread puis découper des ronds à l'emporte-pièce. Couper vos ronds de cornbread en 2 dans la largeur pour faire un sandwich.

Pendant ce temps, faire dégorger les tranches d'aubergines dans du gros sel pendant 20 minutes (afin qu'elles absorbent moins l'huile d'olive lors de la cuisson). Les rincer, les essuyer et les faire revenir dans de l'huile d'olive chaude. Faire dorer les 2 côtés.

Pour monter le sandwich :

Toaster les tranches de cornbread. Puis sur la tranche du bas, déposer une tranche d'aubergine. Recouvrir de caviar d'aubergine. Parsemer de copeaux de parmesan. Mettre une seconde tranche d'aubergine, puis recouvrir avec le cornbread. Passer vos sandwich à four moyen pour les réchauffer. Décorer avec les pignons grillés.

Aubergine façon street food
Aubergine façon street food

mardi 15 octobre 2013

Ballade automnale autour de la châtaigne

Ballade automnale

Dimanche nous avons profité qu'il ne pleuvait pas pour aller faire un tour et ramasser quelques châtaignes sur les chemins. Une ballade familiale en toute simplicité avant les froids hivernaux.


Avec cet article, je participe à l'instant T. sur le blog de Nikita : le Boudoir de Nikita. Cela faisait un moment déjà que je voulais participer à cet instant T. Nikita nous propose chaque lundi de partager nos photos via son blog et c'est toujours de belles découvertes, simples et généreuses.


Ballade automnale

Ballade automnale


Et le soir, pour nous réchauffer, nous les avons mangées grillées.

Châtaignes grillées

Châtaignes grillées


lundi 14 octobre 2013

Huile de brocoli

l'huile de Brocoli

Peu glamour à couse de son odeur de chou, l’huile de brocoli est très intéressante sur le plan cosmétique, notamment pour les cheveux qu’elle embellit.

L’huile de brocoli est obtenue à partir des graines de brocoli. C’est une huile un peu épaisse qui pénètre difficilement l’épiderme. Il faudra la combiner avec des huiles végétales comme l’huile de noix de macadamia ou de jojoba par exemple pour améliorer sa pénétration.

L’huile de brocoli est riche en oméga 6 et 9. Elle renferme également des vitamines A, C et K ainsi que des minéraux (potassium, fer et calcium).

Très nutritive, elle peut incorporer les soins du corps, anti-âge ou les baumes à lèvres. Mais c’est surtout ses bienfaits pour les cheveux qui sont intéressants. En effet l’huile de brocoli possède des qualités de démêlage semblables aux silicones. Elle fait briller les cheveux et leur apporte douceur et hydratation. Elle permet de discipliner les cheveux et de supprimer l’effet statique. Elle est idéale en masque pour réparer les pointes fourchus et les cheveux abîmés.


Son odeur dérangeante peut être atténuée par l’ajout d’huile essentielle. 



mardi 1 octobre 2013

Diy(s) pour un Rainbow Birthday


Rainbow Birthday
La rentrée c'est toujours la course. Outre la rentrée scolaire, il y a le retour des vacances à gérer. Et puis juste après il y a l'anniversaire de ma puce. 6 ans, déjà... le CP, la lecture, les réactions de bébé qui laissent place petit à petit aux attitudes de "grands".
Cette année ce n'est pas un mais 3 anniversaires qu'il a fallu fêter. Le mercredi avec les copines, le vendredi avec les camarades de classe et le dimanche en famille. Ce fut donc une semaine marathon et le four n'a jamais vu autant de gâteaux en si peu de temps.
Mon côté DIY me titille toujours, j'aime bien recevoir dans une jolie ambiance. Mais voilà il me fallait des idées simples et vite réalisées. Pour la couleur, j'ai interrogé ma fille sur sa préférence. Sa réponse a été : "j'aime toutes les couleurs, sauf le noir, le blanc, le gris et le marron", et voilà comment les couleurs de l'arc-en-ciel se sont imposées.
J'ai donc réalisé des vases avec des bouteilles que j'ai simplement rempli d'eau avec un peu de peinture à l'eau pour une teinte légère. Des grandes pailles aux couleurs assorties dans lesquelles j'ai inséré des fleurs séchées sont venus compléter les vases. J'ai collé ensuite 3 papillons, aux couleurs correspondantes sur le haut de la bouteille et noué un scoubidou assorti autour de la bouteille. Une petite guirlande "rainbow" est venue orner le gâteau.
J'ai également utilisé une branche bien droite pour fabriquer un rideau de couleur avec des rubans simplement noués.
J'ai réalisé les chamallow choco arc-en-ciel que vous retrouverez sur le blog "Rose and Cook" pour donner aux enfants. Je n'ai pas encore son coup de main, j'ai fait quelques bavures, mais tout le monde a été très indulgent avec moi.
Rainbow Birthday
Rainbow Birthday

Rainbow Birthday


Rainbow Birthday



LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...