mardi 24 mai 2011

l'huile de jojoba

l'huile de jojoba 100% naturelle

Chouchou des cosmétiques, l’huile de jojoba est présente dans beaucoup de crème et lotion pour le corps et shampoing ou crème de soins pour les cheveux. Il faut dire que cette huile naturelle offre de nombreuses promesses.

Son origine


L’huile de jojoba est obtenue par pression de la graine de jojoba très riche en huile. Le Jojoba est un petit arbuste à feuilles bleu-vertes. Il pousse dans les régions semi-désertiques de l’Arizona, de la Californie et du Mexique. Face à son succès, d’autres pays tels que l’Argentine, le Pérou, l’Australie, Israël ou l’Egypte le cultivent.
Il possède des racines allant jusqu’à 30m pour capter l’eau ce qui en fait une plante très résistante à la sécheresse.

Sa composition


L’huile de jojoba est en fait une cire liquide non grasse. Elle se rapproche très fortement du sébum humain car elle est essentiellement composée de céramides (acides gras) qui permettent de maintenir l’équilibre graisseux de la peau. L’huile de jojoba contient de la vitamine E qui aide à lutter contre les effets du vieillissement.

Ses bienfaits


L’huile de jojoba garde la peau douce et hydrate les peaux sensible, sèche ou acnéique. Elle tout à fait adaptée pour les enfants. Elle est à la fois restructurante, adoucissante et réhydratante. Très utile en hiver, elle permet à la peau de lutter contre le froid et la sécheresse cutanée.
L’huile de jojoba peut tout à fait s’appliquer après l’épilation ou être utilisée comme démaquillant. Elle est utilisée pour traiter l’eczéma et le psoriasis. On lui connait des effets anti inflammatoires et anti UV.
Ces qualités nourrissante, fortifiante et assouplissante en font un atout pour les cheveux. L’huile de jojoba est particulièrement efficace sur cheveux gras en éliminant l’excédent de sébum du cuir chevelu.

mardi 17 mai 2011

Dans l'agave tout est bon!

L'agave : plante du désert
On connait le sirop d’agave, mais de quelle plante provient-il ? Et si le sirop n’était pas son seul atout. Voilà donc un petit tour d’horizon de l’agave et de ses différentes utilisations.

Son origine


De la famille des agavacées, l’agave est originaire d’Amérique du sud. Le Mexique en produit de grosses quantités depuis les années 80 en industrialisant sa culture. L’agave a été importé dans certains pays méditerranéens où elle sert de plante d’ornement. C’est une plante aux feuilles épineuses et épaisses. Elle possède de très nombreuses espèces. C’est une espèce monocarpique c'est-à-dire qu’elle ne fleurit qu’une seule fois avant de mourir épuisée par la floraison.
Les fleurs et les feuilles sont comestibles. La sève d’agave possède des vertus laxatives et antiseptiques et apaise les troubles digestifs.

Ses utilisations


En alimentaire, l’agave bleu (qui est une appellation contrôlée) sert à produire la boisson nationale du Mexique : et oui la Tequila ! Ainsi qu’une autre boisson alcoolisée le Mezcal. C’est le cœur de la plante qui est utilisé.
On connait également le sucre d’agave utilisé en cuisine comme édulcorant naturel. Il ressemble au miel avec une texture un peu plus liquide et un goût moins prononcé. Le sirop d’agave provient de la sève qui est ensuite filtrée et chauffée puis concentrée en sirop. C’est un sirop naturellement riche en fer, calcium, potassium et magnésium. Il est composé de fructose et glucose. Son index glycémique est plus faible que la plupart des édulcorants.
La sève d’agave commence à faire son entrée dans les cosmétiques pour ces vertus hydratantes et émollientes. Yves Rocher a développé toute une ligne de produits (Cosmétiques Végétales) à base de sève d’agave (lait hydratant, gommage, mascara, auto-bronzant…).
L’agave peut servir également à fabriquer l’inuline, une fibre alimentaire utilisée dans l’industrie alimentaire, les cosmétiques et les compléments alimentaires. 

lundi 9 mai 2011

les fruits rouges : fruits star

Les fruits rouges excellents pour la santé
La fraise vient d’ouvrir le bal et les autres fruits rouges vont peu à peu faire leur entrée dans nos paniers jusqu’à la fin de l’été. On les adore mais qu’elles sont leurs atouts ?

Atout minceur


Leur atout principal c’est leur faible taux de sucre pour se faire plaisir tout en gardant la ligne. Ils contiennent peu de calories : en moyenne 50kcal pour 100g. Attention tout de même à la cerise un peu plus calorique que les autres (68 kcal/100g). Préférez-lui la groseille qui n’affiche que 33kcal/100g (proche du citron).

Atout santé


Les fruits rouges sont riches en fibre favorisant ainsi la digestion. Et ils sont également des sources de vitamines (A, B, C, E et K) et de minéraux tels que sodium, fer, silice, magnésium, calcium et potassium. Ce sont de formidables draineurs lorsqu’ils sont utilisés en cure intensive.
Les fruits rouges possèdent également des antioxydants naturels qui permettent de lutter contre les effets du vieillissement. Ils contiennent des polyphénols qui agissent sur la fluidification du sang et sur la prévention des maladies cardiaques et de certains cancers.
Fraise et framboise sont allergènes.

A chacun ses atouts


Chacun des fruits rouges possèdent ses propres qualités :
  • Le cassis : très riche en fer et vitamine C, c’est un fortifiant hors pair, un antifatigue et un anti-âge. Il contient du calcium pour les os. Il soulage rhumatisme et arthrose. C’est aussi un diurétique, un anti-diarrhéique et un dépuratif (rein et foie). Décidément plein de bienfaits, le cassis est indiqué en cas de troubles circulatoires et d’hypertension. C’est un bon cicatrisant.
  • La cerise : riche en β-carotène, vitamines A et E, elle a des effets bénéfiques pour la vue et la peau. Elle est connue pour ses effets laxatif et diurétique.
  • La fraise : grâce aux oligo-éléments qu’elle contient, la fraise contribue au bon équilibre du système nerveux (le potassium), des os (calcium) et régule le stress (magnésium). C’est également une source de vitamine C (antioxydants) et de vitamine A pour les défenses immunitaires.
  • La framboise : proche de la fraise, c’est une formidable source d’oligo-éléments : potassium, calcium, magnésium, ou manganèse. Elle facilite le transit intestinal.
  • La groseille : outre son effet laxatif, la groseille est riche en magnésium, calcium, potassium, fer, vitamine C, béta carotène (effet bonne mine) et polyphénols (flavonoïdes).
  • La mûre : elle contient des oligo-éléments (magnésium, potassium, fer) et des vitamines B2 (métabolisme), C (antioxydants) et K (fixation du calcium sur les os, coagulation sanguine).
  • La myrtille : elle est connue pour ses vertus coupe-faim, diurétique, antiseptique, anti-diarrhéique, antihémorragique et anti-héméralopique. Elle a des effets bénéfiques pour la vue (forte teneur en antioxydants) et la mémoire.

Afin de profiter de tous les bienfaits de ces fruits rouges, il est recommandé de les consommer bien mûrs et rapidement après cueillette (c'est-à-dire éviter les fruits rouges d’importation et préférer les productions locales).

Et dans les cosmétiques ?


Les cosmétiques bio entre autres font appels aux vertus des fruits rouges pour les cosmétiques. La présence de polyphénols et AHA dans les fruits rouges permet d’affiner le grain de peau et de protéger la peau. Ils sont également utilisés pour leur action anti-âge (antioxydant naturel) et favorise la régénération des cellules et la réparation de la peau.

vendredi 6 mai 2011

Principe de précaution retenu pour le parabène et les phtalates

Mardi les députés ont voté, à la surprise générale, une proposition de loi du Nouveau Centre visant à interdire « la fabrication, l’importation et la vente ou l’offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols ». Ces 3 catégories appartiennent à la famille des CMR autrement dit : Cancérigène, Mutagène, ou Reprotoxique. Ce sont des perturbateurs endocriniens. Et pourtant ils sont présents dans de nombreux plastiques de la vie quotidienne :

  • Les parabènes jouent le rôle de conservateurs (antifongique et antibactérien) dans les cosmétiques (crèmes shampoing, savon, gel, mousse à raser, laques, vernis à ongles…), dans certains médicaments et certains aliments.
  • Les phtalates sont utilisés comme plastifiants afin d’assouplir les plastiques (PVC). On les retrouve dans les cosmétiques, le matériel médical (gants), les emballages alimentaires, les adhésifs, les colles, les peintures…
  • Les alkylphénols sont présents dans les cosmétiques également (shampoings, laques et gels, mousse à raser, colorations…), les détergents, les peintures, les pesticides… Ils servent d’émulsifiants, de surfactants (facilitant l’adhésion d’un liquide sur une surface mouillée), d’agents dispersants (permet de mélanger les molécules hydrophobes et hydrophiles) ou d’agents mouillants (permet de mieux étaler le produit nettoyant sur la surface à nettoyer).

Actuellement des mesures interdisent déjà l’utilisation de certaines substances dans les jouets destinés aux enfants de moins de 3 ans. D’autres limitent les concentrations. Cette proposition de loi va plus loin en demandant d’appliquer le principe de précaution et en interdisant complètement leur usage. Si les cosmétiques semblent près à amorcer ce virage et proposent déjà des produits sans parabènes ou sans phtalates par exemple, l’industrie du plastique est loin d’être prête. Elle n’a tout simplement pas de solutions de rechange.

Comme dans le cas du bisphénol A, Xavier Bertrand, ministre de la santé, est contre le principe de précaution et dit préférer attendre les résultats de nouvelles études. C’est au tour du sénat d’étudier la proposition, verdict dans quelques semaines.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...